Message du vice-président/trésorier

Ce n'est pas un budget, c'est du vol!

Date de publication

Le lundi 29 avril 2019, 13 h 15

On dit qu’un budget est une feuille de route pour l'avenir. Mais le budget déposé il y a quelques semaines par Vic Fedeli et Doug Ford n'est pas une feuille de route, c'est un plan d'évasion.

Le gouvernement nous vole NOTRE argent durement gagné pour le donner à leurs riches bailleurs de fonds.

La question est la suivante, allons-nous les laisser faire?

Allons-nous les laisser nous voler un milliard de dollars du coffre des services sociaux qui prennent en charge les enfants qui vivent avec un handicap du développement ou de l'autisme?

Allons-nous les laisser nous voler un milliard de dollars de plus des fonds réservés aux salles de classe dans lesquelles nos enfants préparent leur avenir?

Allons-nous les laisser nous voler encore un autre milliard de dollars pour mettre l’alcool dans les petites épiceries?

Allons-nous les laisser nous voler 600 autres millions de dollars des prêts aux étudiants, qui aident nos enfants à étudier dans un collège ou une université?

Allons-nous les laisser nous voler encore 300 millions des dollars confiés au ministère qui veille à la sécurité de nos milieux de travail?

Allons-nous les laisser nous voler 400 autres millions de dollars confiés aux ministères qui protègent notre environnement et nos richesses naturelles contre les incendies de forêts et les inondations?

Allons-nous les laisser nous voler 100 autres millions de dollars dans nos cliniques d'aide juridique, qui font en sorte que la justice n’appartienne pas qu’aux riches?

Allons-nous vraiment les laisser s'en tirer avec tout cela?

Parce que nous pouvons être sûrs de ne rien obtenir en retour. Malgré tous leurs propos alarmistes à propos du déficit, qui n’est pas aussi monstrueux qu’ils veulent le dépeindre, ils ne le réduisent pas vraiment beaucoup.

Ainsi, s’ils n’utilisent pas notre argent pour nous, pour qui d’autre l’utilisent-ils? Les gens assez riches pour posséder de grandes entreprises et des actions de sociétés.

En réduisant la taxe carbone et les impôts des sociétés, le budget canalise plus de trois milliards de nos dollars jusqu’aux poches de quelques personnes qui en ont déjà plus qu’assez.

Et ne croyez pas un seul instant que cet argent, ou même une partie de cet argent, nous reviendra d’une façon ou d’une autre. Cet argent sera parqué au Panama ou dans un autre paradis fiscal plus vite que vous pourriez y aller sur les ailes du jet privé de Galen Weston.

Ainsi, c'est exactement de quoi nous parlons quand nous disons que le gouvernement n'a pas un problème de dépenses, mais plutôt de revenus.

Un budget a toujours deux faces. L’argent qui rentre, soit les recettes, et l'argent qui sort, soit les dépenses.

Les dépenses du gouvernement ne représentent pas un problème. C’est l’argent du contribuable que l’on investit dans les services publics dont nous profitons tous et toutes.

Le véritable problème, ici, c'est que les décennies de réductions des impôts des sociétés et des riches nous rattrapent. Nous n'avons simplement pas assez de recettes.

Ainsi, quand M. Fedeli et M. Ford se sont assis pour dresser le budget, ils avaient un choix à faire. Demander un peu plus aux riches. Ou nous voler encore davantage.

Ils sont arrivés au pouvoir en promettant que le gouvernement avait fini de faire la fête avec notre argent.

Mais ne vous y trompez pas! Ils n’ont pas arrêté de fêter à Queen's Park. C'est un parti coupable.

En solidarité,

Eduardo (Eddy) Almeida
Premier vice-président/trésorier
Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario
@OPSEUEddy

Cliquez ici pour consulter les messages du vice-présidnet de 2011 à aujourd’hui