Il est temps de mettre fin aux montagnes russes et de repartir à zéro

Date de publication

Le vendredi 5 juillet 2019, 10 h 30

Doug Ford nous a fait dévaler des pentes et des contrepentes tout au long de l’année; on se serait cru à Canada Wonderland (Ontario), sauf que c’était moins amusant. Après plusieurs tours sur le Grand huit, nous sommes atterrés et étourdis.

Il est temps de faire table rase et de repartir à zéro, mais ça doit d’abord commencer dans le bureau du premier ministre.

« Fort heureusement », Doug Ford et ses acolytes conservateurs se sont octroyé un congé estival de cinq mois. C'est fort de café de la part d'un gouvernement qui a supprimé deux jours de congé de maladie aux travailleurs. Espérons qu'il mettra ce temps à profit afin de réfléchir aux raisons pour lesquelles il a terminé dans le mur.  Et il a un gros travail de réflexion à faire.  

C’est vrai que le népotisme du chef de cabinet du premier ministre Doug Ford était un problème. Dean French s’est fait prendre la main dans le sac en train d’attribuer des postes gouvernementaux gratifiants à des amis et à des proches. Doug Ford maintient qu’il n'avait pas connaissance de l'affinité de son ami pour des joueurs de crosse.

Et oui, nombre de ministres du gouvernement Ford ont essuyé de nombreuses critiques à cause de leurs décisions politiques cruelles et dangereuses. Il ne fait aucun doute que Doug Ford s’est servi d’eux comme d’un bouclier politique pour se protéger de la colère de l'opinion publique, même si ces derniers ont également contribué au gâchis.

Au bout du compte, Doug Ford est premier ministre. Il est responsable de ce gâchis et c’est à lui de faire le ménage.  

Et il faudra bien plus qu'un simple remaniement ministériel pour résoudre ses problèmes. Le gouvernement Ford a gâché tout ce qu'il a touché – le financement de l'autisme, l'éducation et les soins de santé, etc. Même les membres de son caucus sont exaspérés. Flûte, même le très pro-conservateur Sun Media reconnaît que c’est un véritable cirque au bureau du premier ministre.

Lors de l’examen récent de la réforme du financement du traitement de l'autisme, Roman Baber, membre du caucus conservateur de Doug Ford et député de la région de Toronto, a demandé une refonte complète du programme, admettant que ce « dossier a été le plus dur et le plus préjudiciable » durant leur première année de mandat et que le message du gouvernement était « inadéquat ».

Les perspectives ne sont pas bonnes et les sondages le montrent.

La popularité de Doug Ford a atteint un creux sans précédent – il recueille maintenant moins de 20 pour cent d'approbation. Son déclin rapide est sans équivalent dans l'histoire de l'Ontario et ce n'est pas étonnant qu'il soit accueilli par les huées de la population. Il peut inviter quelques milliers d’amateurs de viande rouge à son barbecue annuel pour booster son ego, mais ce n'est pas ça qui restaurera sa réputation auprès du reste d'entre nous.     

À ce rythme, on se demande si Doug Ford pourra même durer jusqu'à la prochaine élection ou si son caucus désenchanté se révoltera contre lui avant la fin. Il en est arrivé au point de sacrifier ses ministres fantoches. Mais les Fedeli, MacLeod et Mulroney, qui ont été rétrogradés, pourraient être les premiers à attiser la rébellion dans les rangs conservateurs.

La rumeur gronde. Et si Doug Ford a encore l’espoir d’éviter un déraillement, il doit assumer la responsabilité de l'échec de son gouvernement durant cette première année. Se débarrasser de Dean French et faire un examen de toutes les nominations de son gouvernement étaient un premier pas. Mais si Doug Ford veut réellement apporter des changements significatifs, il va devoir écouter les gens à l'extérieur de sa petite bulle – des gens comme nous.

C'est la raison pour laquelle j'ai été heureux de lui parler en personne. Après un an de silence radio, j'ai reçu un appel de Doug Ford le soir de son remaniement ministériel. De toute évidence, il était inquiet. Durant notre brève conversation, il a fait part de sa volonté d’avoir une réunion. Enfin! Peu après, ses ministres ont également pris des contacts.

Le vent du changement commencerait-il à souffler? Doug Ford pourrait-il enfin adopter une approche gouvernementale plus ouverte – plus mature? 

Ce serait bien, mais je ne retiendrai pas mon souffle. Accepter de se rencontrer est une chose, mais c'est loin d'être le genre de nouveau départ dont cette province a besoin. Nous luttons pour protéger les services publics et les droits des travailleurs. Alors que le projet de loi sur le plafonnement des salaires a seulement été déposé, et non pas adopté, nous constatons déjà que des employeurs essaient d'étouffer le processus de négociation collective. 

Doug Ford n'assume toujours pas la responsabilité de son mauvais budget; il a même déclaré que les priorités du PC ne changeront jamais. Il peut blâmer les membres de son caucus, les médias ou son propre personnel pour son impopularité, mais il devrait vraiment endosser ses responsabilités s'il veut nettoyer le gâchis à Queen's Park. Il ne s'agit pas d’un « problème de communication »; il s’agit d’un problème de leadership. 

S’il veut mettre fin aux montagnes russes avant que le Grand huit déraille, il ferait bien de changer son fusil d’épaule au plus vite.  Son équipe ne touche pas une cible et il est temps d'arrêter de tirer en rafales et d’adopter une approche plus raisonnée.

Il est temps d’arrêter la chute en vrille et de commencer à écouter. Si non, je parie qu'il y a une ribambelle de ministres qui meurent d’envie de s’asseoir dans le siège du conducteur.

Je reste ouvert à une réunion avec le premier ministre afin de lui faire part de l’expérience de nos membres qui sont en première ligne et de l'aider à prendre des décisions éclairées pour l'avenir de notre province.

S’il ne repart pas à zéro comme le souhaitent les Ontariens, on pourrait bien avoir très bientôt une première ministre Elliot ou un premier ministre Phillips.

En toute solidarité,

Warren (Smokey) Thomas
Président du Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario
@OPSEUSmokey
facebook.com/OPSEUSmokey

Afficher tous les messages du président : de 2009 à aujourd’hui