La démocratie n'est pas toujours simple, mais elle nous rend toujours plus forts

Date de publication

Le vendredi 14 septembre 2018, 15 h 30

Cet épisode honteux de l’histoire ontarienne ne sera pas oublié de si tôt. Un groupe de personnes âgées, dont une femme de 77 ans, escortées hors de la tribune du public à l’assemblée législative. Les mains menottées derrière le dos, comme des criminels.

Leur crime? Ces personnes ont osé prendre la parole pour défendre des droits démocratiques fondamentaux établis pour le peuple dans la Charte canadienne des droits et libertés.

Au lieu d'écouter leurs préoccupations et de les engager dans un débat respectueux, Doug Ford a demandé qu’on les jette dehors. Réduites au silence. 

Et tandis que le cercle restreint de partisans d’Harper cyniques fait la fête, tous les autres députés conservateurs se tiennent derrière lui, docilement, sans dire un mot.

Mais retenez bien ceci, ils regretteront de continuer de permettre à M. Ford de démolir notre démocratie.

Certains d'entre vous peuvent se demander pourquoi on en fait une telle histoire. Pourquoi un homme de Kingston comme moi se soucie-t-il tant de ce qui se passe à Toronto?

La réponse est simple. C’est important pour moi parce que notre démocratie est importante. Et tout ce qui affaiblit notre démocratie nous affaiblit tous.

Je ne parle pas seulement de la définition étroite que M. Ford donne constamment à la démocratie, celle qui dit qu’il peut faire ce qu’il veut parce qu’il a gagné une élection. (Et honnêtement, déloger un gouvernement fatigué, au pouvoir depuis 15 ans, n'a rien de si extraordinaire.)

Non, ce dont je parle ici, c’est de la démocratie dans toute sa splendeur. La liberté d’expression. L'égalité et la justice. Le respect des règles et des traditions. Le débat ouvert et le concours d’idées. La transparence et la reddition de comptes. La politique et la persuasion.

« La démocratie est la pire des formes de gouvernement, à l'exception de toutes les autres », a dit Winston Churchill.

La démocratie n'est pas facile. Elle est rarement efficace. Mais qui a dit que cela devrait être facile ou efficace? Aller à la gym n'est ni facile ni efficace. Mais ça nous rend plus forts.

La démocratie nous rend plus forts parce qu'elle nous oblige constamment à faire mieux. C'est un combat qui nous permet d’aller de l'avant.

C'est certainement le cas ici au SEFPO. Nous sommes un des syndicats les plus puissants de la province, et ce, parce que notre démocratie est une des plus solides et des plus puissantes. 

De l'établissement de nos priorités de négociation à la décision de faire grève jusqu’à l'élection de nos dirigeants, nous faisons en sorte que nos membres aient vraiment leur mot à dire et jouent un véritable rôle dans la voie que nous traçons. Toutes les idées sont testées, et les meilleures sont celles que nous retenons.

Si nos membres n’avaient pas l'impression que nous faisons face aux situations ensemble, nous nous effondrions chaque fois que des difficultés surgissent.

Si Doug Ford voulait vraiment aider Toronto en amputant son conseil municipal, il se conformerait aux règles établies et s’efforcerait de nous persuader que c’est la bonne chose à faire.

Au lieu de ça, il choisit la facilité. Et cette solution facile menace de nous rendre tous plus faibles, malgré tout ce que nous avons accompli auparavant.

Solidairement,

Warren (Smokey) Thomas
Président, Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario
@OPSEUSmokey
facebook.com/OPSEUSmokey

Afficher tous les messages du président : de 2009 à aujourd’hui