La nouvelle révolution du bon sens, à la façon du SEFPO

Date de publication

Le vendredi 14 septembre 2018, 16 h 15

Doug Ford n’est au pouvoir que depuis la fin du mois de juin et déjà j’en ai assez de lui! Il nous faut à tout prix mettre un peu de bon sens dans le débat.

Nous nous souvenons tous, il y a une vingtaine d’années, lorsque les conservateurs se sont emparés des mots « bon sens », y ont attaché le mot « révolution » et commencèrent à ravager les secteurs de l’éducation, des soins de santé et des services publics.

Les temps ont changé et nous tous au SEFPO, ainsi que tous les Ontariens qui sont en faveur de bons services publics, devrions nous unir sous notre propre thème de bon sens afin de mettre fin à cette nouvelle révolution des conservateurs.

Jusqu’à maintenant, M. Ford et son cercle de partisans d’Harper rechapés ne nous ont rien proposé qui relève du bon sens.

La désintégration du groupe de travail des collèges. Où est votre bon sens ici, Doug?

Amputer le Conseil municipal de Toronto juste quelques mois avant une élection municipale. Où est votre bon sens ici, Doug?

Utiliser la clause de dérogation pour rejeter une décision judiciaire qui vous déplaît. Où est votre bon sens ici, Doug?

Autoriser la vente de cannabis dans des magasins privés malgré le fait que la plupart des experts médicaux et experts en répression ont clairement dit que le modèle public était la voie à suivre. Où est votre bon sens ici, Doug?

Oui, l'approche Ford manque de bon sens. C'est un ragoût peu appétissant de décisions irréfléchies basées sur une vendetta personnelle et le lobbying des entreprises. C'est un plat que les Ontariens ne pourront avaler très longtemps.

Le SEFPO fait déjà appel au bon sens des dirigeants élus dans cette province. Nous avons envoyé des lettres aux maires et autres dirigeants municipaux pour leur demander d’user de leur bon sens pour la vente du cannabis dans leurs collectivités. Nous leur avons dit de recourir à leur bon sens, de lutter pour le plan approuvé par les experts et de refuser le plan de Doug.

Nous avons également envoyé des lettres aux députés conservateurs d'arrière-ban, les invitant à user de leur bon sens au moment de voter pour le projet d’amputation du conseil municipal de Toronto. La façon de Doug ne manquera pas de créer la pagaille, et il est difficile de croire que les Ontariens en profiteront. Certainement pas.

Vous pouvez faire partie de la révolution du bon sens du SEFPO. Envoyez un courriel ou écrivez une lettre à votre député provincial conservateur local. Dites-lui d'user de son bon sens au moment de voter à l’assemblée législative, afin d’établir certaines règles de base pour M. Ford et ses marionnettistes harpériens non élus.

Ça ne coûte quasiment rien pour vous de rappeler à notre gouvernement qui s’est glissé au pouvoir avec moins de la moitié des voix que vous êtes les électeurs et que c'est vous qui commandez. Cela n’a rien de révolutionnaire, mais cela tient du bon sens.

Afficher tous les messages du vice-président : de 2011 à aujourd’hui