Faire une différence sur le piquet

Date de publication

Le vendredi 24 novembre 2017, 13 h 00

Chers amis,

La récente grève du personnel scolaire des collèges organisé par le SEFPO fut un événement majeur dans l’histoire de notre province.

Ce fut une grande grève, et les grèves de cette envergure ont un impact important. Plus de 12 000 professeurs, instructeurs, conseillers et bibliothécaires déblayaient. Plus de 500 000 étudiants restaient à la maison. Des millions d’Ontariens connaissaient au moins une personne touchée par la grève. Tout au long des cinq semaines de la grève, les médias ont intensément couvert les événements.

La grande visibilité de la grève a fait que lorsque notre équipe de négociation déposait des enjeux sur la table, ces derniers étaient aussi au centre des débats publics. La grève a alimenté une énorme conversation sur le travail précaire, pas seulement dans les collèges, mais aussi dans l’ensemble de la main-d'œuvre.

Les étudiants choisissent-ils vraiment d’étudier dans un collège pour obtenir un emploi à temps partiel avec un salaire bas et peu d’avantages sociaux? Bien sûr que non. Et c’est pourquoi tant d’étudiants ont rejoint les membres du personnel scolaire sur les piquets. Ils ont compris que cette grève les concernait, eux et leur avenir.

La grève a également suscité des conversations sur la façon d’améliorer l’éducation des étudiants, par exemple en embauchant plus de personnel scolaire à temps plein et en donnant à tous les membres du personnel scolaire davantage voix au chapitre dans la façon dont les cours sont enseignés et évalués. Ceci est important : nos collèges sont le moteur économique de la province, et s’ils ne sont pas à leur meilleur, comment pouvons-nous l’être nous-mêmes? La grève a incité des millions de personnes à songer aux façons d’améliorer les collèges.

Elle a aussi incité les gens à parler du rôle de la négociation collective dans une société démocratique. C’est une conversation que nous poursuivons avec notre contestation juridique, déposée en vertu de la Charte canadienne des droits et libertés. Lorsque le gouvernement a obligé le personnel scolaire à retourner au travail le 19 novembre dernier, il l’a fait sans tenir compte des autres options à sa disposition. De toute évidence, il aurait simplement pu diriger la façon dont les collèges négocient. Après tout, ce sont des « organismes de la Couronne », ils ne sont pas indépendants du gouvernement.

Quoi qu’il en soit, les droits à la négociation collective figurent à l’ordre du jour public en Ontario et nous tenons à ce qu’ils y restent.

Et enfin, la grève a permis de réaliser des gains concrets pour le personnel scolaire des collèges. Le groupe de travail inclus dans la dernière offre contractuelle de l’employeur donnera au personnel scolaire un forum où faire avancer toute une gamme de questions, y compris celles qui sont mentionnées plus haut. Il est impossible de prédire ce à quoi ressemblera la convention collective finale, mais je sais qu’elle sera meilleure que celle que 86 pour cent du personnel scolaire ont rejetée.

Dans des moments comme celui-ci, j’entends souvent des choses comme « personne ne gagne une grève » ou « on ne récupère jamais l’argent qu’on a perdu pendant la grève ». De telles réflexions montrent une profonde incompréhension de ce que sont les négociations collectives et les conventions collectives.

Une convention collective n'est pas un accord individuel, comme un contrat que vous signeriez avec votre compagnie de téléphone locale. C'est quelque chose que l’on crée avec ses collègues, du passé, du présent et de l'avenir. C’est un engagement entre plusieurs générations. Les travailleurs qui négocient aujourd’hui le font sur les fondations de ceux qui sont venus avant eux, et lorsqu’ils négocient, ils ne le font pas seulement pour eux-mêmes, ils le font aussi pour tous les travailleurs qui suivront.

Cet automne, c’est exactement ce que le personnel scolaire des collèges a fait. Leur grève a-t-elle fait une différence me demanderez-vous?

Vous pouvez en être sûrs!

Solidairement,

Warren (Smokey) Thomas
Président, Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario
@OPSEUSmokey
https://www.facebook.com/OPSEUSmokey/

Afficher tous les messages du président : de 2009 à aujourd’hui

 

Personnel scolaire des collèges