Message du vice-président/trésorier

Plus que jamais, cultivons la courtoisie

Date de publication

Le vendredi 10 février 2017, 09 h 45

Chers amis,

Les discours haineux sont hors de contrôle.

Nous voyons partout aujourd’hui des gens qui disent des choses vraiment horribles, méchantes. C’est comme si les principes les plus élémentaires de la décence humaine étaient partis en fumée. Et c’est comme cela partout.

Je ne suis pas un partisan de la première ministre Kathleen Wynne, mais l'abus dont elle est victime dans les médias sociaux me dégoûte. On l’attaque parce que c’est une femme. On l’attaque parce que c’est une lesbienne. On l’attaque parce qu’elle a des rides. Ça me rend malade.

Récemment, Radio-Canada a parlé des insultes jetées à la figure de dirigeantes canadiennes sur Twitter. Auparavant, on qualifiait ce comportement de « trolling ». Certaines personnes parlent de « se faire l’avocat du diable ». Mais soyons clair : c’est du harcèlement pur et simple. Et c’est mal.

Je suis agent correctionnel; j’ai donc reçu de nombreuses menaces dans ma vie. Mais la plupart des gens qui m’ont lancé des menaces ont eu le courage de le faire en pleine face. De nos jours, toutefois, avec les médias sociaux, les trolls en ligne ne craignent pas les conséquences de leurs paroles.

C’est presque comme si les utilisateurs des médias sociaux étaient détachés de leur nature humaine. Ils ont peut-être un emploi décent et gagnent bien leur vie; ils vont peut-être à la gym, ont une famille et regardent de vieux épisodes de Seinfeld. Mais sur les médias sociaux, ils sont n’importe qui ils veulent être. Ils deviennent des personnages de quasi-fiction et ils pensent que tout le monde l’est.

Ainsi, ils ne craignent pas de jeter des injures à la tête de personnages publics.

Je réalise que bien des gens ont de quoi être en colère. En fait, l’émotion implicite de nos jours semble être la colère, et avec les médias sociaux, les gens ont une foule de moyens pour exprimer leurs frustrations.  Mais est-ce que les médias sociaux nous ont tous rendus méchants?

Vous ne pouvez pas obtenir ce que vous voulez? Essayez donc de crier. De détester. D’être violent.

Le 29 janvier dernier, un homme de Québec, que j’évite de nommer, a tué six hommes innocents, juste parce qu’ils étaient musulmans. Ce sont des choses comme celle-ci qui arrivent lorsque la haine commence à faire partie du « normal ». Les paroles se transforment en armes, et les armes peuvent tuer.

Certaines des pires atrocités de l’histoire ont commencé par quelques mots, des paroles de personnages charismatiques qui savaient comment exploiter les craintes et préjugés les plus profonds. Nous vivons à une époque effrayante.

Nous devons nous battre pour revenir à des discours civilisés ou alors, nous allons encore tomber bien plus bas. Nous ne pouvons laisser passer les discours haineux sans rien faire.

Quand vous les entendez, faites-vous entendre. Moi, je vais me faire entendre.

Solidairement,

Eduardo (Eddy) Almeida
Premier vice-président/trésorier, SEFPO

Afficher tous les messages du vice-président : de 2011 à aujourd’hui