Protéger un don sacré

Date de publication

Le mardi 28 mars 2017, 12 h 15

Chers amis,

Il nous est impossible de vivre sans eau.

L’eau est essentielle à notre survie, elle nous permet de rester propres et est à la base des services d’assainissement. Nous nageons dans l’eau, nous voyageons sur l’eau et nous en tirons de la nourriture.

Existe-t-il quelque chose de plus vital ou de plus miraculeux?

Les cultures autochtones considèrent l'eau comme un don sacré, un élément essentiel qui maintient et relie toute vie et, partout dans le monde, les femmes autochtones sont les gardiennes traditionnelles de l’eau. Nous partageons tous et toutes une obligation de collaborer avec ces femmes pour faire en sorte que l’eau, dans toutes ses formes, soit protégée et conservée pour répondre aux besoins de tout ce qui vit aujourd’hui et dans les sept prochaines générations. 

L’eau n'est pas une « chose » que l’on achète ou vend. C'est bien plus que cela.

Pourtant, à travers le monde, des entreprises comme Nestlé cherchent des façons d’en tirer profit. Ils dupent les gouvernements en les convaincant de les laisser prendre l’eau de nos précieuses nappes aquifères, en multipliant le prix par mille et en nous la revendant en bouteille. Les sociétés énergétiques utilisent et polluent l’eau pour extraire du pétrole toxique des sables bitumineux, puis la polluent à nouveau lorsque les pipelines se brisent.

Les entreprises connaissent l’importance de l’eau. C'est pourquoi elles cherchent constamment des façons d’en posséder de plus en plus, pour la vendre et en tirer profit. Une grosse partie de ce plan implique la privatisation des installations publiques de traitement de l’eau et des eaux usées desquelles nous dépendons.

Les entreprises ne considèrent pas l’eau comme un don sacré. Elles la considèrent comme une occasion d'affaires.

Au Canada, plus de 100 collectivités autochtones sont visées par un avis d'ébullition de l'eau. À Grassy Narrows, en Ontario, la contamination par le mercure est un grave problème de santé publique depuis 54 ans. Pourtant, le gouvernement libéral n’a toujours pas prévu d’assainissement.

Les défis semblent n’en plus finir, mais la bonne nouvelle est que les gens continuent de résister.

Le 22 mars dernier, j’ai eu l’honneur et le privilège de participer à la cérémonie de l’eau sacrée conduite par Wisdom Keeper Pauline Shirt dans le cadre du Sympositum « Water is Life » (L’eau, c'est la vie), organisé par l’Équipe de mobilisation autochtone du SEFPO (ÉMA). Cet événement a vu le lancement de la campagne « L’eau, c’est la vie », qui, au moyen d’un partenariat entre le SEFPO et les collectivités autochtones, a pour objectif de résister à tout ce qui menace notre eau, privatisation y compris.

Ensemble, nous montrerons notre solidarité contre toutes les sociétés profiteuses et leurs marionnettes du gouvernement, qui leur permettent de contaminer ce don sacré de la vie. En le faisant, nous préservons la source de vie de la Terre Mère – l’eau.

Solidairement,

Warren (Smokey) Thomas
Président, Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario

Tous les messages du président : de 2009 à aujourd'hui