Le message du président

À quoi Ford s’attaquera-t-il maintenant? On y va!

Date de publication

Le jeudi 1 novembre 2018, 15 h 30

Du cannabis au changement climatique jusqu’aux finances de la province, l'Ontario fait face à des défis immenses. Nous avons besoin d'un chef de file qui nous aide à aller de l'avant durant les prochaines années. Mais Doug Ford est malheureusement enchaîné au passé.

Il suffit de regarder ce qu’il a fait durant ses cent premiers jours. Il n'a, en réalité, rien fait du tout. Il a, par contre, détruit beaucoup de choses :

  • Il a détruit le plan responsable qui visait à garder le cannabis hors de la portée des enfants
  • Il a détruit le groupe de travail spécial sur l'avenir de l'enseignement collégial
  • Il a détruit les augmentations justifiées des prestations du programme Ontario au travail et du POSPH
  • Il a détruit la démocratie au conseil municipal de Toronto en faisant passer le nombre de conseillers municipaux de 47 à 25
  • Il a détruit le programme d'éducation sexuelle qui couvrait l'intimidation en ligne et l'identité de genre
  • Il a détruit le projet pilote portant sur le revenu de base dans la province
  • Il a brisé sa promesse d'augmenter le financement de la santé mentale en allouant une partie de ce financement aux forces de police
  • Il a détruit la révision du curriculum de l’Ontario portant sur les Autochtones

Le grand point d'interrogation est de savoir si toutes ces destructions mèneront à la perte de l'Ontario ou uniquement à celle de Ford lui-même?

Jusqu'à présent, selon l'opinion publique, c'est Ford qui devrait s'inquiéter. L’enquête Nanos, que nous avons commandée, montre que seulement 31 pour cent de la « population » pense qu'il est sur la bonne voie. Il bat Kathleen Wynne en matière d'impopularité, se condamnant lui-même à l’avance à ne faire qu’un mandat.

Mais voici ce qui m'inquiète : si nous ne ralentissons pas bientôt la locomotive Ford, nous allons tous nous retrouver piégés dans un train infernal qui redescend la pente en marche arrière.

Que va-t-il détruire à présent? Les soins de santé publics? Le filet de sécurité sociale? La vente d'alcool socialement responsable?

Si ces cent jours nous ont appris quelque chose, c'est que Doug Ford ne gouverne pas pour la population; il gouverne seulement pour les profits des personnes fortunées et des groupes de pression – son équipe réduite composée d’Harperites en déroute.

Ici au SEFPO, par contre, nous nous consacrons à servir la population. Non seulement nos 155 000 membres ne se contentent pas de procurer des services publics essentiels, ils les utilisent également. Nous sommes la population; nous sommes les premières lignes et la première ligne a été tirée.

Pour combattre l'ordre du jour de Ford, il faudra une opposition résolue et vigilante. Durant les cent prochains jours et les cent prochains mois, le SEFPO sera cette opposition.

Nous ne recherchons pas l’affrontement, mais nous ne reculons pas non plus et nous nous battrons bec et ongles pour combattre les coupes dans le secteur public et la privatisation.

À monsieur Ford, je dirai ceci : vous faites une grave erreur si vous croyez pouvoir nous attaquer, vous attaquer aux emplois de nos membres ou à nos services publics sans déclencher une guerre.     

Vous vous trompez lourdement si vous croyez pouvoir démolir nos services et brader nos biens publics au plus offrant, sans déclencher une guerre. 

Il est clair que Doug Ford est plus préoccupé à remplir les poches de ses riches amis et à faire évoluer sa carrière politique – prenez garde Andrew Scheer!

C'est pourquoi nous avons une énorme tâche à accomplir : ternir leur image et contrecarrer leurs plans destructeurs. Ils ont peut-être une majorité, mais nous nous battrons pour la majorité de celles et de ceux qui s'opposent à eux.

La première ligne a été tirée, on y va.  

Solidairement,

Warren (Smokey) Thomas
Président du Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario
@OPSEUSmokey
facebook.com/OPSEUSmokey

Afficher tous les messages du président : de 2009 à aujourd’hui