Il s’est écoulé presqu’un an et demi depuis que vous avez voté pour adhérer au SEFPO.

Mais vos bulletins de vote, qui sont encore dans des urnes scellées, n’ont toujours pas été comptés.

Pourquoi?

Parce que le Conseil des employeurs des collèges, comme il l’a fait depuis des décennies, a recours à tous les stratagèmes possibles pour ralentir et bloquer le processus, et pour vous empêcher d’exercer votre droit constitutionnel d’adhérer à un syndicat.

Nous pensons que leur première ruse est « d’inonder la liste de noms ».

Dans le cadre de tout processus de syndicalisation, l’employeur doit envoyer à la Commission des relations de travail de l’Ontario une liste de tous les employés qui étaient membres de l’unité de négociation – dans votre cas, tous les membres du personnel scolaire engagés à temps partiel et pour une période limitée.

Mais la liste de l’employeur contient des milliers de noms qui, selon l’information que nous possédons, sont incorrects, inexacts et trompeurs. Si ces noms étaient inclus dans la liste finale, votre campagne de syndicalisation pourrait échouer. Et ce n’est pas tout. Une fois de plus, selon l’information que nous possédons, des milliers de noms qui devraient figurer sur cette liste n’y sont pas.

Ainsi, nous sommes forcés de vérifier chaque nom sur la liste de l’employeur pour déterminer qui doit en faire partie, contester ceux qui ne devraient pas y être et ajouter tous ceux qui doivent y figurer. Il s’agit d’un travail laborieux, mais nous faisons des progrès.

Malheureusement, mais sans surprise, l’employeur traîne de la patte en évitant de nous donner tous les éléments de preuve pertinents dont nous avons besoin. Mais ne vous inquiétez pas, il en faut plus pour nous arrêter. Nous allons continuer à chercher dans les registres jusqu’à ce que la liste soit correcte.

Mais l’employeur a recours à d’autres ruses. Ce mois-ci, il nous entraîne devant les tribunaux de relations de travail pour débattre la définition du terme « enseignant ».

Il nous paraît évident que l’employeur tricote avec la rondelle. Encore une fois. Il veut écouler le temps pour vous garder sous-payés et vulnérables pour une autre session.

C’est frustrant. C’est injuste. Et ça veut dire que vous devrez attendre encore plus longtemps avant que l’on puisse en finir avec vos salaires injustes et conditions de travail précaires.

La bonne nouvelle est que le SEFPO déjoue depuis longtemps les ruses de l’employeur et finit par gagner :

  • Nous avons défendu le droit de vote des membres du personnel scolaire à temps plein afin qu’ils puissent adhérer au SEFPO. Et lorsque les bulletins de vote ont finalement été comptés, le résultat a montré qu’ils avaient voté massivement en faveur de leur adhésion au SEFPO.
  • Nous avons défendu le droit de vote des membres du personnel de soutien à temps plein afin qu’ils puissent adhérer au SEFPO. Et lorsque les bulletins de vote ont finalement été comptés, le résultat a montré qu’ils avaient voté massivement en faveur de leur adhésion au SEFPO.
  • Et pendant près de deux décennies, nous avons défendu le droit de vote des membres du personnel de soutien à temps partiel afin qu’ils puissent adhérer au SEFPO. Et lorsque les bulletins de vote ont finalement été comptés en janvier 2018, le résultat a montré qu’ils avaient voté massivement en faveur de leur adhésion au SEFPO.

Lorsque l’employeur sera enfin à court de tactiques dilatoires et lorsque vos bulletins de vote seront enfin comptés, nous sommes persuadés que vous aurez suivi la même voie que les autres travailleurs des collèges de l’Ontario – et que vous aurez voté majoritairement en faveur de votre adhésion au SEFPO.

Nous vous tiendrons au courant.

Solidairement,

Warren (Smokey) Thomas
Président, Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario

Votez Pour Le Sefpo! Voila Pourquoi!
Vote OPSEU. Stay informed by signing up. Your infomraiton is private and confidential