Skip to content

27 février 2015 – 16e Journée internationale de sensibilisation aux microtraumatismes répétés

rsi_logo.png
Vendredi 27 février 2015
0 h à 0 h
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Les microtraumatismes répétés ou les troubles musculo-squelettiques liés au travail.  Sont-ils vraiment en baisse?   

Vendredi 27 février 2015, les travailleurs et leurs alliés se réuniront à Toronto pour la 16e année afin de demander des mesures visant à prévenir les microtraumatismes répétés, de même que des indemnisations équitables.  Cette année, la mobilisation a pour objectif de démentir une opinion de plus en plus répandue qui sous-tend que les microtraumatismes répétés sont une chose du passé. La CSPAAT et le ministère du Travail de l'Ontario nous disent (sur la base de statistiques) que les microtraumatismes répétés sont en baisse. En 2014, un rapport de recherche de l'Institut de recherche sur le travail et la santé semble corroborer leurs dires – précisant que « le fardeau des microtraumatismes répétés attribuables au travail répétitif est en baisse chez les adultes en âge de travailler ». Pourtant, les statistiques et la recherche ne reflètent pas l'expérience vécue par les travailleurs.

Les microtraumatismes répétés ou les blessures musculo-squelettiques sont des expressions génériques utilisées pour décrire une variété d'affections douloureuses qui touchent les tendons, les muscles, les nerfs et les articulations du cou, du haut et du bas du dos, des épaules, des bras et des mains. Ces blessures ne sont pas très sexy; elles ne font pas la une des journaux, mais elles peuvent pourtant frapper des gens pendant le restant de leur vie.

Les microtraumatismes répétés peuvent prendre des années à se développer, ils peuvent être difficiles à diagnostiquer et les causes peuvent être difficiles à déterminer. Il est donc facile pour les employeurs de les ignorer et pour la CSPAAT d'en faire une cible dans le cadre de ses efforts visant à réduire les coûts des prestations. Les microtraumatismes répétés sont souvent mal connus car ils ne sont pas déclarés. Les employeurs subissent donc de peu pression pour s'attaquer aux causes des microtraumatismes répétés – mouvements répétés de façon continue, efforts, vibrations, postures inconfortables et efforts pour soulever du poids – et pour améliorer les conditions de travail.

L'idée que les microtraumatismes répétés sont en baisse n'est qu'une illusion, car les statistiques ne prennent pas en compte toutes les lésions qui sont attribuables au travail. Oui, le « fardeau du système » est peut-être moins lourd, mais les microtraumatismes répétés ne sont pas une chose du passé. Des travailleurs souffrent quotidiennement de ces blessures. D'autres facteurs entrent en jeu ici. Certains travailleurs blessés, découragés par les méthodes abusives et bureaucratiques de la CSPAAT et des employeurs, ne signalent pas leurs lésions ou leur maladie ou renoncent à faire le processus de déclaration. À cause de la précarisation croissante de l'emploi, des travailleurs, qui souffrent de blessures musculo-squelettiques, continuent souvent de travailler malgré la douleur. Certains préfèrent consulter leur médecin de famille, se rendre à l'hôpital du coin, à une clinique sans rendez-vous ou à un service d'urgence. Ils refusent souvent d'admettre que leur lésion est reliée au travail parce qu'ils ont peur des conséquences. Les travailleurs préfèrent utiliser leurs prestations de maladie de courte de durée (quand ils y ont droit) et cacher une blessure attribuable à leur travail. Des travailleurs sont mis à pied quand ils se plaignent. Et quand ils n'ont aucun droit, les travailleurs restent chez eux sans recevoir les indemnités de la CSPAAT et sans rémunération. D'une part des travailleurs se cachent; d'autre part des employeurs les cachent du système de la CSPAAT. Le « système » en profite, mais pas les travailleurs.

Joignez-vous à nous pour dénoncer la prétendue baisse des blessures musculo-squelettiques. Nous savons que la diminution du nombre de blessures musculo-squelettiques dans les statistiques ne prouvent pas qu'il y a une baisse. Rejoignez-nous pour discuter du « fardeau du système » et pour savoir si la baisse est causée par une diminution du nombre de blessures ou par les politiques draconiennes de la CSPAAT qui font porter le blâme des blessures sur l'âge et des conditions pré-existantes pour refuser les traitements aux travailleurs blessés.

La dégradation du système d'indemnisation des travailleurs engendre de grosses économies pour les employeurs qui profitent de réductions sur les primes qu'ils payent à la CSPAAT. On dissuade les travailleurs de chercher de l'aide et des traitements auprès du système payé par l'employeur; ils n'ont pas d'autre choix que de se faire soigner dans le système de soins de santé financé par les deniers publics.  Non seulement les employeurs réduisent leurs coûts, mais ils reçoivent également des remises de plusieurs centaines de milliers de dollars chaque année grâce à la réduction du nombre de leurs demandes d'indemnisation. En réalité, ce système est immoral.

Tous les travailleurs et tous ceux qui ont subi une lésion ou une maladie professionnelle et dont les indemnités ne leur permettent pas de vivre dans la dignité ont de quoi être exaspérés par ces attaques et par l'absence de règlement pour prévenir les microtraumatismes répétés. Au lieu d'être restituées aux employeurs sous forme de remises annuelles, les primes que les employeurs versent à la CSPAAT devraient servir à indemniser les travailleurs blessés.

Le manque de volonté à prévenir ces blessures et les attaques incessantes pour éviter la prise en charge et l'indemnisation des microtraumatismes répétés nous concernent TOUS. Tous les travailleurs doivent s'unir avec les syndicats et leurs alliés pour enrayer ces attaques à leurs droits fondamentaux.  Rejoignez-nous!

Date :           Vendredi 27 février 2015
Lieu :            Salle des Métallos, 25, rue Cecil, Toronto (Spadina et College)
Heure :         10 h – 15 h (inscription et café : 9 h 30)
Coût :           Gratuit – déjeuner compris, mais il faut s'inscrire à l'avance

** C'est un événement « SANS PARFUM »
 Ne portez pas de produits parfumés.  Merci.

Afin de planifier le déjeuner, veuillez-vous inscrire par courriel : registration@rsicanada.org ou rsiawareness@gmail.com

Inscrivez-vous à la liste de diffusion pour recevoir des mises à jour sur la Conférence sur les microtraumatismes répétés, à Toronto, le 27 février prochain, et des avis concernant de futurs événements à : http://eepurl.com/bcEN39

* Veuillez noter que nous dépendons des dons généreux des syndicats et des groupes communautaires pour organiser cette conférence annuelle gratuite afin que tous ceux qui le souhaitent puissent y participer. Si votre groupe souhaite faire un don pour couvrir le coût du déjeuner, veuillez envoyer un courriel à : donations@rsicanada.org.  Nous vous remercions à l'avance pour votre don.

Autres événements organisés dans le cadre de la Journée internationale de sensibilisation aux microtraumatismes répétés :

Les Centres de santé des travailleurs(ses) de l'Ontario Inc. (OHCOW) organisent une conférence sur l'ergonomie, à laquelle on peut assister en personne ou participer en ligne, au Collège Cambrian, à Sudbury. Pour de plus amples informations, consultez le site Web à : www.ohcow.on.ca.

Le Centre de santé et de sécurité des travailleurs et travailleuses (WHSC) offre des réductions sur les séances de formation sur l'ergonomie partout en Ontario. Pour de plus amples informations, consultez le site Web à : www.whsc.on.ca.