Skip to content

À propos de l'Ordre des métiers de l'Ontario

À propos de l'Ordre des métiers de l'Ontario

2019-02-we-know-the-trades-rotating-fr-c.png
2019-02-we-know-the-trades-rotating-fr-c.png
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

L’Ordre des métiers de l’Ontario a été créé par le gouvernement de l’Ontario en 2009. L’Ordre des métiers de l’Ontario est un organisme de réglementation géré par l’industrie ayant pour mission de protéger l’intérêt public en réglementant et en faisant la promotion des métiers spécialisés.

Les membres du SEFPO qui travaillent à l’Ordre accomplissent un travail indispensable de réglementation, promotion, développement et accréditation des qualifications pour 156 métiers spécialisés en Ontario, dont 23 pour lesquels l’accréditation est obligatoire.

Une des responsabilités principales des employés de l’Ordre est de veiller à ce que toutes les personnes travaillant dans les métiers à accréditation obligatoire aient la formation et les qualifications requises pour exercer en Ontario.

Nos membres évaluent les qualifications de travailleurs d’autres régions du Canada et des futurs Canadiens qui veulent devenir gens de métier en Ontario. Ils développent des normes de formation d’apprentissage et des normes de programmes, les examens de certification Sceau Rouge, ainsi que d’autres évaluations pour faire en sorte que la formation réponde aux besoins de l’industrie.

Ils décernent aussi des certificats de qualification aux personnes capables de démontrer leurs connaissances et leur expérience, en veillant à la qualité de leur travail et à la sécurité du public. Afin de protéger le public, ils tiennent un tableau public pour tous les métiers, afin que seules les personnes qui sont inscrites à l’Ordre et membres en règle puissent utiliser des titres protégés tels que « plombier » et « électricien ». Ces métiers prennent ainsi davantage de valeur, passant d’occupations à professions.

Nos membres protègent le public en enquêtant sur les plaintes et en organisant les audiences pour présomption de comportement répréhensible.

Pour faciliter la mobilité de tous les apprentis, les employés de l’Ordre veillent à ce que les normes de programmes et d’apprentissage en classe soient harmonisées avec celles des autres juridictions canadiennes. Ils aident les membres de l’Ordre en leur fournissant de l’information et un service à la clientèle complet. Ils inspectent les lieux de travail pour vérifier que les dossiers d’apprentissage sont à jour et que les travailleurs répondent aux normes de qualification.

Nos membres sont aussi experts en politiques et recherche. Ils développent et évaluent les politiques et procédures guidant la réglementation des métiers spécialisés et les apprentissages. Pour ce faire, ils travaillent avec nos partenaires au niveau fédéral et provincial, dans le système de l’éducation, dans le secteur de la formation, dans les agences de placement et dans les organismes à but non lucratif, afin d’assurer un système d’apprentissage intégré et axé sur la collaboration.

Le Projet de loi 47, qui a reçu la sanction royale le 21 novembre 2018, comprend une disposition de « liquidation » de l’Ordre, sans aucun détail sur ce que cela peut vouloir dire. Une telle disposition met en péril la protection du public dans les métiers clés, qui doivent respecter les normes les plus élevées qui soient pour faire en sorte que l’Ontario soit doté d’une infrastructure et de services de première classe, intégrés et sécuritaires, ainsi que d’industries productives qui contribuent à une économie solide. Les employés de l’Ordre doivent continuer d’exercer leurs fonctions essentielles.

Les quelque 170 membres du SEFPO qui travaillent à l’Ordre sont également concernés. Avec leurs connaissances et leur expérience inégalées, les employés qui travaillent actuellement pour l’Ordre représentent le choix le plus logique et le plus sûr qui soit pour accomplir ces tâches importantes et veiller à la haute qualité du système réglementant les apprentissages et les métiers spécialisés, quel que soit le plan de transition envisagé par le gouvernement.

Ce serait un désastre pour le public, l’économie et les gens de métier qualifiés si l’une ou l’autre de ces fonctions de réglementation essentielles exécutées par l’Ordre était éliminée.

En conséquence, le SEFPO présente trois demandes au gouvernement :

  1. Reconnaître la valeur et l’expertise des membres du SEFPO qui travaillent à l’Ordre, en faisant en sorte qu’ils puissent suivre leur emploi, quel que soit l’organisme, l’agence ou le ministère qui s’occupera désormais de ce programme, afin d’en maintenir l’intégrité;
  2. Fournir des renseignements et des éclaircissements aux employés courants afin d’améliorer leur moral tandis qu’ils continuent d’effectuer un travail de haute qualité pendant encore trois mois d’incertitude, ce qui serait propice à l’excellence future d’un solide système de formation des apprentis et de réglementation des métiers spécialisés; et
  3. Consacrer le temps nécessaire à de vastes consultations avec toutes les parties prenantes (y compris les employés de l’Ordre, syndicats représentant les membres des métiers spécialisés et autres experts de l’industrie) avant de prendre une décision sur le modèle d’avenir du système de formation des apprentis et de réglementation des métiers spécialisés.

Certains développeurs et autres employeurs sont satisfaits de la déréglementation des métiers spécialisés et de l’abaissement des normes, car ils pourront embaucher des travailleurs peu qualifiés et mal rémunérés. Toutefois, une telle situation aura un impact sur la sécurité du public et finira par coûter beaucoup plus cher à l’économie de l’Ontario.

C’est pourquoi le gouvernement doit mobiliser et valoriser les connaissances et l’expertise des membres du SEFPO, artisans qualifiés et autres experts pour créer un système d’apprentissages modèle vraiment excellent pour l’Ontario.

Nous demandons instamment au gouvernement de ne pas mettre la vie des Ontariens et notre économie en danger. Mener de vastes consultations est la seule façon d’agir avant de décider comment ce travail de réglementation essentiel sera effectué dans cette période de transition.