Grève du zèle : Phase 2

Grève du zèle : Phase 2

Facebook
Twitter
Email

Ce document sera révisé et mis à jour le cas échéant

Version actuelle : 16 décembre 2021

1. Qu’est-ce que la grève du zèle?

Une grève du zèle est un moyen de pression durant lequel les employés font leur travail exactement comme indiqué par les dispositions de leur contrat ou de leur description de poste.  Cela peut provoquer un ralentissement ou accroître la pression sur les superviseurs, car les professeurs cessent de travailler au-delà du temps alloué dans leur contrat, leur Formulaire de charge de travail (FCT) ou le plafond hebdomadaire de 35 heures pour les conseillers et les bibliothécaires.

Cette tactique, qui n’est pas inhabituelle, est souvent très efficace.  Parmi les exemples d’autres secteurs, citons les infirmières qui refusent de répondre au téléphone, les enseignants qui refusent de travailler gratuitement la nuit, les week-ends et les jours fériés, et les policiers qui refusent de délivrer des contraventions. D’autres exemples de grève du zèle sont le refus de s’engager dans des activités bénévoles telles que des foires ou des comités de recrutement, de travailler pendant des périodes qui ne sont pas couvertes par le contrat, ou de travailler au-delà du temps attribué à la préparation et à l’évaluation des cours chaque semaine.  Dans un sens, faire la grève du zèle implique d’appliquer de façon stricte les règlements qui sont normalement mis de côté ou interprétés de manière moins littérale pour accroître l’efficacité, ou de s’abstenir de faire des tâches qui sont habituelles mais qui ne sont pas requises par les règlements ou la description de poste.  Une grève du zèle signifie faire son travail à la lettre; cela ne signifie pas faire uniquement les parties du travail qui vous plaisent.

Parce que la grève du zèle est un moyen de pression syndical, nous entreprendrons collectivement des activités spécifiques, par phases croissantes.  L’équipe de négociation les déterminera et les communiquera aux sections locales et à leurs membres.  La liste des actions associées à la première phase de notre plan de grève du zèle a déjà été communiquée dans un document distinct.  Consultez votre section locale si vous avez des questions.

Au fur et à mesure qu’une nouvelle forme de grève se met en place – comme une nouvelle phase de grève du zèle – les membres seront tenus informés et à jour par le biais des canaux de communication locaux et provinciaux. Des mises à jour fréquentes seront envoyées par le biais de publications imprimées, de courriels et de réunions d’information sur le type précis de mesures de grève qui seront prises et sur la façon dont les membres devront procéder.

Cela aura-t-il un impact sur le fonctionnement des collèges?  Il le faut pour que la stratégie fonctionne.  Nous ne sommes pas responsables de la mauvaise gestion chronique des ressources et du personnel des collèges. Nous ne sommes pas là pour aider la direction à ce stade, étant donné qu’elle n’a montré aucun respect pour nous, nos besoins ou ceux de nos étudiants à la table de négociation.  La grève du zèle est une façon de tenir la direction responsable des conséquences négatives de ses propres décisions de gestion.  Cela signifie que nous cesserons d’essayer de sauver les collèges de leur propre gestion.

2. Est-ce que je continuerai à recevoir mon salaire pendant la grève du zèle?

Nous nous attendons à ce que tous les membres continuent à être payés normalement par l’employeur, puisque nous continuerons tous à faire le travail pour lequel nous sommes payés, conformément à nos contrats.  Étant donné qu’une grève du zèle n’implique pas de quitter le travail et ne comprend pas de piquets de grève, les dispositions relatives aux indemnités de grève ne s’appliquent pas.

3. Pourquoi une grève du zèle?

Nous pensons qu’il s’agit d’un choix solide pour une première étape d’action syndicale, par opposition à une grève traditionnelle avec piquets de grève.  Une grève du zèle souligne l’importance du travail effectué par les membres de l’unité de négociation et peut immédiatement démontrer les insuffisances évidentes de notre convention collective, en montrant ce qui se passe lorsque nous cessons de travailler gratuitement.

La grève du zèle peut être combinée à d’autres moyens de pression, comme des rassemblements et des pressions politiques sur les présidents des collèges, le Conseil des employeurs des collèges, les membres des conseils d’administration des collèges, les députés provinciaux, etc.

Dans nos communications et sur notre site Web, nous avons décrit exactement à quoi ressemblera la phase actuelle de la grève du zèle.  Comme vous pouvez le constater, ces actions sont conçues pour cibler les administrateurs et non les étudiants, et pour démontrer la quantité de travail supplémentaire que les membres du personnel scolaire accomplissent chaque jour.

TOUS les professeurs devraient faire le suivi de leur travail à l’aide d’une application comme Toggl, afin de savoir quand ils sont à la limite de ce qui leur a été assigné pour une tâche chaque semaine, puis diriger le travail supplémentaire vers leur superviseur.  Si possible, les professeurs et les instructeurs devraient essayer de détailler le temps qu’ils consacrent à chacune des tâches suivantes :

  • Enseignement (en personne ou en ligne).
  • Préparation de la classe.
  • Évaluation ou commentaires sur le travail des étudiants.
  • Assistance aux étudiants en dehors de la classe (heures de bureau, appels zoom et courriels).
  • Tâches administratives normales (y compris le téléchargement de matériel, les courriels du collège, l’accueil des étudiants et l’accomplissement de toutes les formalités administratives du collège).
  • Tâches du coordonnateur qui ont été convenues et mises par écrit (le cas échéant).
  • Réunions (si elles figurent sur votre FCT).
  • Autres tâches complémentaires identifiées dans le cadre de votre travail (comités, renouvellement du programme, accréditation, etc.).

Cela nous permet également de documenter tout le travail que font réellement les professeurs par rapport au temps qui leur est attribué.  Le suivi du travail est peut-être l’action de solidarité la plus importante à laquelle les professeurs à charge partielle doivent s’engager, et peut contribuer à l’élaboration de directives pour les charges partielles pour les prochaines phases de la grève du zèle.  De même, cela donnera aux professeurs sans FCT, comme les conseillers et les bibliothécaires, une bonne idée de la quantité de travail bénévole qu’ils font.

4. Que signifie l’imposition pour notre travail?

Parce que les collèges ont refusé l’offre du personnel scolaire de prolonger les conditions existantes de la convention collective et qu’ils ont plutôt imposé leurs propres conditions, le Conseil des employeurs des collèges peut changer les conditions de notre travail en tout temps et sans préavis.  Le fait qu’ils n’aient imposé qu’une gamme limitée de conditions ne signifie pas qu’ils s’arrêteront là.  De plus, les conditions qu’ils ont imposées ne sont pas tout à fait claires, comme la nouvelle définition de classe des conseillers.  Aucun détail n’a été fourni aux membres du personnel scolaire qui font ce travail, ni à l’équipe de négociation.

Le seul recours que nous ayons face aux changements des conditions imposées est d’intensifier nos moyens de pression au travail.

5. Pouvons-nous donner les numéros de téléphone et les adresses électroniques du président, du doyen associé, du président du collège, des membres de l’équipe de négociation du collège, du chef de la direction du Conseil des employeurs du collège et des gestionnaires pour les demandes de renseignements, les plaintes et les commentaires des étudiants, des professeurs et du public?

Absolument! En fait, ils devraient entendre directement l’impact de leurs décisions sur les étudiants et sur la communauté collégiale en général.

6. Que se passe-t-il si un membre ne respecte pas la grève du zèle?

Une grève du zèle est considérée comme une action de grève, même s’il n’y a pas de lignes de piquetage qui peuvent être franchies.  Si vous remarquez qu’un membre ne respecte pas la grève du zèle, parlez-lui et assurez-vous qu’il est au courant de l’action de grève.  Tous les membres doivent comprendre que le but de notre grève du zèle est de résoudre les négociations sans escalade supplémentaire.  Plus les membres participent à ce moyen de pression, moins il est probable que nous aurons besoin de passer à une grève totale.

7. Que dois-je faire si mon gestionnaire prend des mesures disciplinaires contre moi parce que j’ai participé à la grève du zèle?

Notre convention collective et la législation en vigueur offrent des protections à tous les membres du syndicat qui participent à des activités syndicales légales, y compris une grève.

Si votre supérieur vous sanctionne ou menace de vous sanctionner pour votre participation, vous pouvez lui expliquer que vous adhérez aux conditions d’emploi en vigueur – c’est exactement ce qu’est une grève du zèle.  Si un gestionnaire vous ordonne explicitement de faire une chose qui enfreint la grève du zèle, vous devriez également lui demander de mettre sa demande par écrit et contacter immédiatement votre section locale et l’OPSEU/SEFPO pour vous assurer qu’ils sont au courant et qu’ils peuvent intervenir.

8. Que se passe-t-il si je suis en congé au début de la grève du zèle?

Vous ne pourrez pas participer aux activités liées à la grève du zèle, mais le collège pourrait modifier les conditions imposées pour annuler les congés s’il le souhaite.

9. Quels sont les différents types de moyens de pression au travail/de grèves?

Il existe plusieurs types de moyens de pression au travail/de grèves.  En voici quelques-uns :

Grève du zèle

On parle de grève du zèle lorsque les travailleurs obéissent à toutes les lois et règlements qui s’appliquent à leur travail (c’est-à-dire la législation et la convention collective), mais qu’ils suivent « en les observant à la lettre » pour freiner la productivité.  Puisque les collèges et le Conseil des employeurs des collèges traitent l’enseignement collégial comme une chaîne de montage produisant des gadgets pour l’économie, et qu’ils ont refusé de négocier des questions qui profiteraient aux étudiants et au personnel scolaire, la grève du zèle illustre en fait notre refus massif de continuer à faire une partie de notre travail gratuitement.

Nous avons le droit légal d’agir ainsi uniquement parce qu’une majorité d’entre nous a voté pour autoriser la grève.

Grève tournante

Une grève tournante est une série stratégique d’arrêts de travail de tous les membres de l’unité de négociation pendant des périodes fixes (par exemple, un jour ou une semaine) dans divers collèges ou campus.

Arrêt de travail ciblé

Les arrêts de travail ciblés se caractérisent par un refus organisé d’effectuer des parties spécifiques du travail assigné aux membres, ou par un refus de travailler à des moments spécifiques de la journée.  Un arrêt de travail ciblé dans les collèges, par exemple, pourrait voir les professeurs cesser de participer aux processus liés à l’approbation des programmes par le ministère.  Étant donné qu’un arrêt de travail ciblé (contrairement à la grève du zèle) implique le refus d’effectuer une partie du travail assigné, il s’accompagne généralement d’une réduction proportionnelle du salaire.

Grève générale

Une grève générale est une cessation de travail de tous les membres d’une unité de négociation.  Elle s’accompagne généralement de piquets de grève.

10. Quelle est la suite des événements?

La stratégie de la grève du zèle n’est que la première étape de notre action syndicale. D’autres types de moyens de pression, y compris les grèves tournantes ou la grève générale, sont autant d’options envisagées pour les phases futures et plus pressantes de nos actions syndicales. Le niveau d’escalade requis dépend entièrement de la volonté des collèges de répondre aux revendications du personnel scolaire, de soumettre les questions en suspens à un arbitrage volontaire des différends, d’imposer d’autres conditions ou de forcer un vote sur l’offre finale.

L’équipe de négociation consultera les dirigeants de section locale afin d’élaborer un plan et de déterminer quand, où et pendant combien de temps les moyens de pression auront lieu.

Si vous avez d’autres questions au sujet des mesures de grève, veuillez d’abord communiquer avec votre section locale.

SOUVENEZ-VOUS :

Nous réalisons des gains considérables lorsque nous exerçons notre droit d’organiser des moyens de pression. Ils font partie de nos outils les plus efficaces pour faire en sorte que l’employeur comprenne que nous méritons le respect et qu’il écoute nos revendications. Gardez ces choses à l’esprit lorsque vous parlez avec votre famille, avec les gens de votre communauté et avec d’autres membres du syndicat. Nous sommes plus forts ensemble.  Nous tous ou aucun d’entre nous!

INFORMATIONS DE CONTACT IMPORTANTES

Équipe de négociation :

bargainingteam2021@gmail.com

Web/Médias sociaux :

www.collegefaculty.org

FB : www.facebook.com/OntarioCollegeFaculty

Twitter : @CAATfaculty #BargainingforBetter #NégocierPourAméliorer

Instagram : @caatabargaining

OPSEU/SEFPO :

opseucommunications@opseu.org

www.opseu.org, www.sefpo.org