Skip to content

Sauvez l’Installation de conditionnement des semences forestières de l'Ontario!

Sauvez l’Installation de conditionnement des semences forestières de l'Ontario!

Les racines de nos communautes - L'installation de conditionnement des semences forestieres de l'Ontario
Les racines de nos communautes - L'installation de conditionnement des semences forestieres de l'Ontario
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

À Angus, en Ontario, il existe une installation qui est exploitée par la fonction publique de l’Ontario : l’Installation de conditionnement des semences forestières de l’Ontario. Véritable trésor du ministère des Richesses naturelles et des Forêts, cette installation, qui bénéficie quotidiennement à toute la population, est pourtant peu connue de nombreux Ontariens et Ontariennes.

Une poignée de techniciens hautement qualifiés et de personnel de soutien travaillent à cette installation : des membres du SEFPO qui extraient, nettoient, analysent, entreposent et distribuent chaque année des milliards de semences d’arbres, y compris 50 espèces d’arbres indigènes de notre province. Il s’agit de la seule installation en Ontario où on est capable d’accomplir un tel travail – un travail hautement spécialisé.

Nos membres entreposent et fournissent des graines aux pépinières, aux entreprises forestières, aux programmes de plantation d’arbres financés par la province et aux particuliers d’un bout à l’autre de la province et du monde. Pour toutes ces raisons, nos membres jouent un rôle vital pour promouvoir la viabilité, la biodiversité et la résilience des forêts de l’Ontario.

Public… c’est mieux

De manière inexplicable, le précédent gouvernement libéral a décidé, sans consulter la communauté, les intervenants de l’industrie ni les groupes environnementaux, de fermer l’installation en septembre 2018. Leur plan était de confier au secteur privé les vastes services commerciaux qui sont offerts par l’Installation de conditionnement des semences forestières de l’Ontario.

Le problème est que le secteur privé n’a pas les moyens d’effectuer ce travail. Forcer l’industrie à réinventer la roue et à bâtir ses propres installations n’a aucun sens. Depuis plus de 90 ans, l’Installation de conditionnement des semences forestières de l’Ontario procure de manière efficace un service public à la province de l’Ontario.

Il est encore possible de sauver l’Installation de conditionnement des semences forestières de l’Ontario

Avant les élections, le député provincial conservateur de Simcoe-Grey, Jim Wilson, s’est prononcé contre la fermeture de l’installation à de nombreuses reprises dans les médias locaux et à l’Assemblée législative. Durant la dernière campagne électorale, tous les candidats de la circonscription des principaux partis ont déclaré être contre la fermeture de l’installation – y compris le candidat libéral. Pendant la campagne électorale, le premier ministre Doug Ford s’est également engagé à revoir la fermeture de l’installation.

Lors du Congrès 2018 du SEFPO, les membres du Conseil de district du Nord-Est de la Région 6 ont présenté et fait adopter une résolution demandant au gouvernement de garder ouverte l’Installation de conditionnement des semences forestières de l’Ontario. Ils comprennent l’importance de cette installation, non seulement pour la communauté d’Angus, mais également pour toute la province et pour toutes nos forêts.

À la suite de plusieurs événements prometteurs, le nouveau ministre des Richesses naturelles et des Forêts, Jeff Yurek, a annoncé un examen de la fermeture et s’est engagé à consulter le public et les intervenants. Si le gouvernement change d’orientation maintenant, l’Installation de conditionnement des semences forestières de l’Ontario peut encore être sauvée. Le SEFPO se réjouit de participer à cet examen et de mettre en lumière l’expertise de nos membres et leurs idées pour continuer à exploiter efficacement l’installation au sein du ministère des Richesses naturelles et des Forêts.

Gardons l’Installation de conditionnement des semences forestières de l’Ontario ouverte et gardons-la publique!