Skip to content
news_notices_french.jpg

Les entreprises et les gouvernements ont profité de la pandémie pour intensifier leur contrôle social en 2020

Les entreprises et les gouvernements ont profité de la pandémie pour intensifier leur contrôle social en 2020

In Solidarity logo
In Solidarity logo
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Par Joe Grogan, membre retraité,

Alors que nous essayons tous de mesurer les conséquences tragiques de la pandémie de COVID-19, nous ne devrions pas fermer les yeux sur une tendance troublante. Je veux parler du fait que les banques et les gouvernements nous poussent dans une direction vers laquelle nous ne voulons pas tous forcément aller.

Commençons par les banques. En raison de la crise sanitaire, elles incitent désormais leurs clients à faire leurs opérations bancaires virtuellement. Une façon de faire qui peut sembler pratique à certaines personnes, mais pas à des gens comme moi qui se rendent toujours dans une agence pour faire leurs opérations bancaires en personne auprès d’un membre du personnel. C’est une façon de faire qui est utile à moi-même et à l’employé de la banque. Pourquoi? J’obtiens de meilleurs renseignements sur mes opérations bancaires et je contribue à assurer la sécurité d’emploi du personnel.  En mettant en avant des raisons de santé et de sécurité pour leurs employés, les banques encouragent désormais leurs clients à faire leurs opérations bancaires en ligne. Vraiment?  À mon avis, le véritable objectif, qui se cache derrière la promotion de cette approche électronique, c’est de maximiser les bénéfices de la banque.

Les décès de nos personnes âgées dans les foyers de soins de longue durée et les maisons de retraite sont un autre exemple qui illustre la tragédie où mène la politique du profit à tout prix.  À ce jour, plus de 70 pour cent des personnes qui ont perdu la vie à cause de la COVID-19 sont des personnes âgées.  Pendant ce temps, les mêmes continuent à maximiser des profits excessifs en logeant des personnes âgées dans leurs institutions grâce à un mode de fonctionnement qui était jusqu’à présent le suivant : ni vu, ni connu.

Et qu’en est-il de nos différents paliers de gouvernement?  Comment la pandémie a-t-elle contribué à accroître leur pouvoir?  Le premier ministre Trudeau fait des annonces publiques quotidiennes pour promouvoir des programmes visant à remettre l’économie sur les rails.  Le public ne sait rien des négociations qui se sont tenues en coulisses où les partis de l’opposition ont lutté pour protéger les travailleurs et obtenir des aides plus substantielles.  Durant cette période, les autres partis politiques sont invisibles parce qu’il y a peu de débat public durant lequel le gouvernement doit rendre des comptes.  Le message du premier ministre et de son cabinet est entièrement contrôlé et maîtrisé.  

La même chose s’applique au premier ministre Ford.  Il n’y a aucune possibilité de lui demander, ainsi qu’à son gouvernement, de rendre des comptes au sujet du sous-financement des soins aux aînés et de la santé en général.  Pendant ce temps, les résidents des centres de soins de longue durée continuent de mourir.  Aucune explication au sujet de la pénurie d’équipement de protection nécessaire jusqu’à ce que la crise soit bien avancée et du fait qu’on n’a pas tiré les leçons de la crise du SRAS, il y a plus de 10 ans.  

Des municipalités, comme Caledon, organisent toutes les réunions de leur conseil municipal de manière virtuelle. Seul le maire et trois bureaucrates de la ville sont présents, alors que les conseillers doivent participer virtuellement.  Une ligne téléphonique a été ouverte pour permettre aux citoyens de « participer », mais rares sont ceux qui le font. Les procès-verbaux des réunions ont été décrits comme « évasifs », ne donnant aucun détail sur les discussions et les prises de décisions. Une telle situation ne fait que nuire à la reddition de comptes et à a transparence? La démocratie pourra bien attendre!  Il s’agit d’une approche extrêmement dangereuse.

Que faut-il donc faire?  Continuez à soulever des questions et à demander des services de la part des sociétés. Plaignez-vous. Utilisez les ressources du syndicat pour mobiliser et éduquer les membres. Restez en contact avec les membres des partis d’opposition.  Nous n’avons pas besoin de plus de contrôle sur notre vie au nom de la promotion de la santé et de la sécurité des employés et du public.  Engagez-vous pour de vrai. Pourquoi maintenant, me direz-vous? Parce qu’il n’est jamais trop tard.