Skip to content
OPSEU College support/soutien. Personnel de soutien a temps plein des colleges.

Note de service : Pourquoi les bulletins de vote n'ont pas été comptés le 18 septembre

Note de service : Pourquoi les bulletins de vote n'ont pas été comptés le 18 septembre

We the North
We the North
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

À l’attention des membres de l’unité de négociation du personnel de soutien des CAAT,

Beaucoup de nos membres du SEFPO ont demandé pourquoi le syndicat a pris la position de ne pas compter les bulletins de vote le 18 septembre, la date du vote de ratification de notre accord de principe conclu avec les collèges.  Ce qui suit explique pourquoi le SEFPO n'a pas fait le comptage et pourquoi nous croyons qu'il doit y avoir un changement dans la pratique.

  1. Dans chaque lieu de travail syndiqué en Ontario, le syndicat et ses membres sont les seuls responsables pour organiser, diriger, compter et communiquer les résultats des votes qui se produisent concernant la convention collective négociée au nom de ses membres.  Les SEULS lieux de travail syndiqué qui sont tenus d'avoir leurs votes supervisés par la Commission des relations de travail de l'Ontario (CRTO), sont les collèges communautaires.  Il en est ainsi malgré le fait qu'il n'y a JAMAIS eu aucun cas, ni même une allégation, de toute forme d'irrégularité concernant un vote ni dans les collèges, ni dans n’importe quelle unité de négociation du SEFPO.
  2. Les SEULS lieux de travail en Ontario où la CRTO permet les responsables de gestion de se présenter à un bureau de vote et au comptage des bulletins de vote sont les collèges de l'Ontario.
  3. Les SEULS lieux de travail en Ontario où les responsables de gestion affirment qu'ils doivent communiquer aux membres du syndicat les résultats d'un vote du syndicat sont les collèges de l'Ontario.
  4. Le SEFPO croit bien que le Conseil des employeurs des collèges, qui négocie au nom des collèges, a dû demander à chaque collège d'envoyer un responsable de gestion au bureau de vote pour observer le déroulement.  Bien que certains employeurs des collèges choisissent de ne pas le faire, ils ont fait valoir leur droit d’être présents.
  5. Le SEFPO estime que ce comportement invasif et provocateur du Conseil des collèges qui est sanctionné par la CRTO, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase.  Assez, c’est assez !  Les membres du SEFPO ont décidé.  Le SEFPO négocie plus de 500 conventions collectives.  Dans TOUS les autres lieux de travail, le SEFPO organise, dirige, compte et communique les résultats de ces votes sans ingérence de l'employeur.  En raison de vives objections du SEFPO, la CRTO nous a précisé la marche à suivre qui permet à l'employeur de se présenter au bureau de vote et de participer au comptage.  Puisque nous tenons les votes dans leurs locaux, il n'est pas possible de les exclure de leurs propres bâtiments.  Il n'y avait pas suffisamment de temps pour déplacer les bureaux de vote.
    Par conséquent, la seule façon d'exclure les employeurs de notre comptage non officiel était de ne pas le faire.  Le Conseil aura droit à un scrutateur représentant au comptage officiel à la Commission.
  6. Beaucoup de membres se sentent intimidés par le fait même qu’un responsable de gestion est présent, les regarder lorsqu’ils exercent leur droit de déposer un bulletin de vote.  Il a été rapporté que certains responsables de gestion ont rayé les noms sur leurs propres listes à mesure que nos membres ont votaient.  (Rappelez-vous que c'est le président du collège qui, à la demande de la CRTO, qui fournit la liste des membres qui votent)  Pourquoi sont-ils là ?  Pourquoi les responsables de gestion des collèges s'intéressent aux personnes qui votent (et aux personnes qui ne votent pas ?)  À quelles fins l'employeur utilise cette information ?
    Pourquoi est-ce que les employeurs des collèges, seuls parmi tous les autres employeurs de l'Ontario, (y compris le gouvernement de la province) bénéficient de cette occasion sans précédent pour espionner leurs employés ?
  7. Les votes contractuels appartiennent au syndicat et à ses membres, et non pas aux responsables de gestion.  Il est temps que cela change dans les collèges de l'Ontario.  Il est temps pour les membres du SEFPO de se faire traiter comme les autres travailleurs de la province de l'Ontario.  Le SEFPO a reconnu que le vote du personnel de soutien des collèges a provoqué beaucoup moins de controverse que le vote de ratification du personnel scolaire (qui pourrait finir par un vote de grève), et a plutôt choisi de prendre une initiative audacieuse pour renoncer au comptage non officiel et prendre en charge les bulletins de vote.

Comme prévu, le comptage OFFICIEL des votes aura lieu à la Commission des relations de travail de l'Ontario le 1er octobre.  L'augmentation de 1 % rétroactive pour le 1er septembre 2014 sera versée lorsque l’accord de principe aura été ratifié et que le compte officiel des votes aura été annoncé par le SEFPO.

Le SEFPO ne croit pas que ce soit un gros inconvénient, mais plutôt une excellente occasion pour faire apporter un changement bien nécessaire au système de vote qui est utilisé dans les collèges à l’heure actuelle.

Nous tenons à vous remercier pour votre patience et votre compréhension. Parfois, nous devons tracer une ligne dans le sable et prendre position.  Espérons que cette initiative nous permet de changer l'avenir du système de vote dans les collèges. Nous vous tiendrons au courant de tout ce qui se passera à ce propos et ne manquerons pas de communiquer les résultats du vote de ratification le 1er octobre.

En toute solidarité,

Florry Foster
Présidente de l’Équipe de négociation du personnel de soutien des CAAT

et

Marilou Martin
Présidente de l'Exécutif divisionnaire du personnel de soutien des CAAT