Skip to content
ops_opseu_french_banner.jpg

Les membres de la FPO engagés, prêts à passer à l’action

Les membres de la FPO engagés, prêts à passer à l’action

We the North
We the North
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Warren (Smokey) ThomasPlus de 22 000 membres de la FPO ont participé à la conversation avec les présidents de leurs équipes de négociation et avec le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas et ils ont voté en masse pour passer à l’action afin d’appuyer leurs équipes de négociation.

« Les employeurs renonceront seulement autant qu’ils doivent renoncer afin d’éviter une grève, » a déclaré Thomas.   « D’après ce que j”ai entendu, c”est un très haut niveau d”engagement de la part de nos membres et je pense que nous allons revenir à la table de négociation prêts à conclure une meilleure entente. »

Roxanne Barnes et Dan Sidsworth, présidents des équipes de négociation (centrale/unifiée et Services correctionnels), ont souligné l”importance de la communication directe qu”ils ont eu avec les membres lors des tribunes téléphoniques les 28 et 29 novembre dernier.

« Il s”agit d”un excellent outil pour ramener à la table des négociations, » a déclaré Sidsworth.  « Nous n”avons jamais eu l”occasion de parler directement à tant de membres à un moment donné au cours des négociations. »

Pendant les tribunes téléphoniques, les membres ont posé des questions et écouté les questions de leurs collègues.  Ils ont eu des discussions profondes sur de nombreux enjeux de négociation importants tels que les services publics de qualité, les lieux de travail sûrs et sécuritaires, et les mesures à prendre pour empêcher la privatisation.  Pour deux soirées de suite, les membres de la FPO se sont beaucoup préoccupés des concessions demandées par l”employeur à propos des avantages sociaux, des indemnités de maladie, des indemnités de cessation d’emploi, du facteur 80 et du système de salaires à deux étages.

« En utilisant des communications directes avec les membres du syndicat et une excellente équipe de mobilisateurs qui travaillent en étroite collaboration avec les membres, » a déclaré Barnes, « les équipes de négociation seront capables de regarder l”employeur en face et dire à haute voix : « C”est ce que nos membres disent.  Et c”est ce qu”ils sont prêts à faire pour se défendre.  Nos membres sont là et avec leur aide, nous pouvons faire une différence. »

« L”assaut du gouvernement de l”Ontario aux structures publiques et aux travailleurs des services publics est politique, » a déclaré Thomas.  « Et la solution est politique. »

Les membres doivent se faire entendre leur voix dans les médias sociaux et les forums publics, a-t-il ajouté.

« S”il y a un endroit où nous pouvons avoir une influence, c”est dans l”arène politique.  Ils (l”employeur et le gouvernement) peuvent très bien reculer et retirer leurs demandes déraisonnables.