Skip to content

Le SEFPO se joint à l'appel pour les droits des travailleurs migrants

Le SEFPO se joint à l'appel pour les droits des travailleurs migrants

OPSEU Disability Rights Caucus, Caucus des personnes handicapees du SEFPO
OPSEU Disability Rights Caucus, Caucus des personnes handicapees du SEFPO
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Le Caucus des personnes handicapées du SEFPO s’est joint à la campagne « Power of Many », qui est appuyée par la Fédération du travail de l’Ontario, pour attirer l’attention sur la situation préoccupante des travailleurs migrants, notamment pour demander qu’ils soient inclus dans la législation sur les droits dans le domaine du travail et des normes d’emploi, tant au palier provincial que fédéral. 

Des appels sont également lancés pour que les travailleurs migrants aient droit à un statut d’immigrant complet et permanent.  Le Caucus des personnes handicapées souligne le fait que les lois fédérales sur l’immigration lient les travailleurs migrants à un seul employeur et que refuser un travail ou un logement non sécuritaire entraîne leur congédiement, l’itinérance et la déportation.  De plus, la législation du travail de l’Ontario exclut les travailleurs migrants des droits concernant le salaire minimum et l’adhésion syndicale.

En juin dernier, 164 travailleurs migrants ont été testés positifs à la COVID-19 dans une seule ferme de l’Ontario.  Alors qu’ils travaillaient pour cultiver la nourriture que nous mettons sur notre table, trois travailleurs ont perdu la vie en août à cause des éclosions de COVID-19 dans le secteur agricole.

Les barrières linguistiques, leur statut et leur vulnérabilité exacerbent leurs craintes et leur isolement.

Parce qu’ils n’ont pas le statut de résident permanent, ils n’ont accès ni au système de soins de santé universel ni aux prestations de soutien du revenu d’urgence.

Le Caucus des personnes handicapées, qui appuie l’appel au changement de la FTO, a signé la pétition de la campagne et encourage les membres à envoyer un courriel à leurs députés fédéraux pour appuyer d’autres appels à l’action.