Skip to content
caata_opseu_french_banner.jpg

Les besoins du personnel scolaire ne sont pas pris en compte dans l'offre de l'employeur

Les besoins du personnel scolaire ne sont pas pris en compte dans l'offre de l'employeur

SEFPO Personnel scolaire des colleges
SEFPO Personnel scolaire des colleges
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Chers membres,

Vous avez peut-être reçu une communication de votre employeur indiquant qu’une proposition de règlement avait été présentée la semaine dernière à l’équipe de négociation. L’équipe a suivi notre processus de consultation et partagé la proposition en toute confidentialité avec les présidents des 24 sections locales du syndicat, ainsi qu’avec le Comité consultatif sur la négociation collective (CCNC), compris de 24 membres du personnel scolaire à temps plein et huit à charge partielle. Les présidents et le CCNC ont convenu que la proposition contenait de nombreuses lacunes, notamment celles qui suivent. L’équipe considère actuellement sa réponse à la proposition.

La proposition de règlement n’est qu’une prolongation de quatre ans de la convention collective actuelle (2014-2017), qui conserverait toutes les concessions de la dernière ronde. Elle implique de graves incidences négatives pour nos membres, lesquelles sont inacceptables pour l’équipe. Voici les éléments clés de la proposition :

  1. Le moratoire existant sur l’article 2 resterait en place pendant encore quatre ans. En d’autres termes, les termes de cette offre ne nous permettraient pas de déposer de grief pour de nouveaux postes à temps plein au sein du personnel scolaire pendant encore quatre années. Avec 70 % de notre personnel scolaire déjà à contrat, l’offre de l’employeur ne ferait qu’aggraver la situation; elle contribuerait à réduire de façon radicale le nombre total de membres du personnel scolaire à temps plein vu que les personnes qui prennent leur retraite et autres qui quittent leur poste ne seraient pas remplacées. Cela aurait aussi des conséquences sur la charge de travail du personnel scolaire à temps plein, sur les débouchés à temps plein pour les membres à charge partielle et sur notre syndicat, qui continuerait de perdre des membres occupant des emplois à temps plein. Nos membres nous ont clairement fait savoir que ceci est inacceptable.
  2. L’augmentation salariale proposée est inférieure au taux d’inflation; ainsi, nos membres gagneraient moins en salaire réel à la fin de la prolongation de quatre ans qu’ils ne gagnent aujourd’hui.
  3. La proposition ne contient aucun gain réel pour nos membres à charge partielle. Le travail précaire se révélerait aussi problématique qu’il l’est aujourd’hui pendant encore quatre ans.
  4. Les termes utilisés pour le projet de loi 148 (un projet de loi provincial qui devrait assurer une rémunération égale pour un travail égal) nuiront à la mise en application de cette loi une fois adoptée, au détriment de nos membres. En vertu des termes de l’offre de l’employeur, le personnel scolaire à charge partielle ne pourrait obtenir d’améliorations au niveau des salaires et avantages sociaux qu’aux dépens de l’effectif à temps plein, montant ainsi les deux groupes l’un contre l’autre.
  5. Aucune des préoccupations de nos membres en ce qui concerne la liberté académique, la propriété intellectuelle, la gouvernance collégiale et la charge de travail n’a été abordée.

L’équipe, les présidents de section locale et le CCNC sont ainsi parvenus au consensus que cette offre n’est pas acceptable en l’état. Si l’employeur estime vraiment que c’est une bonne offre, il peut la présenter directement à l’effectif pour un vote final, comme le stipule la Loi sur la négociation collective dans les collèges.  

Nous profitons de l’occasion pour souligner le besoin d’un solide vote de grève de nos membres pour bien faire comprendre à l’employeur que nous sommes unis pour négocier une nouvelle convention collective qui reflète un plan meilleur, qui tienne compte des revendications des membres.

Solidairement,

L’équipe de négociation du personnel scolaire des CAAT

Rencontrez l’équipe de négociation

JP Hornick, Présidente, Section locale 556
Nicole Zwiers, Vice-présidente, Section locale 354
Darryl Bedford, Section locale 110
Mona Chevalier, Section locale 470
Kevin MacKay, Section locale 240
Shawn Pentecost, Section locale 415
Ravi Ramkissoonsingh, Section locale 242

Télécharger le PDF