Traitement des enfants bannière

Mémoire des secteurs 3 et 15 de l'OPSEU/SEFPO au ministère de l'Éducation

Les négociateurs du secteur parapublic, Jeffrey Weston et Nick Mustari, ont présenté le mémoire suivant au ministère de l’Éducation, le 11 février 2022, au nom du Secteur 3 (conseils scolaires) et du Secteur 15 (traitement des enfants) :

Ministère de l’éducation
Édifice Mowat, 900, rue Bay
Toronto (Ontario) M7A 1L2

OBJET : Examen de la Politique/Programmes Note 81 (PPN 81) : Services auxiliaires de santé offerts en milieu scolaire (PPN 81)

Je vous remercie de nous donner la possibilité de faire entendre la voix des membres de l’OPSEU/SEFPO de nos secteurs de l’éducation et du traitement des enfants concernant la mise à jour de la PPN 81. Nous avons partagé le diaporama sur la consultation et les questions avec les dirigeants de ces secteurs et nous avons inclus leurs réponses initiales ci-dessous. Au fur et à mesure de la poursuite du processus de mise à jour de la PPN 81 et des échanges concernant des propositions de changements plus spécifiques, nous nous attendons à avoir d’autres conversations avec le ministère sur ce sujet afin de veiller à ce que les points de vue et les besoins de nos membres qui procurent ces services soient pris en compte.

Bien que l’examen et la mise à jour de la PPN 81 puissent remédier à certains problèmes du secteur, un investissement monétaire plus important permettrait de résoudre de nombreux autres problèmes, notamment d’augmenter les salaires et les avantages sociaux du personnel de soutien à l’éducation, afin de tenir compte des changements importants apportés à leurs rôles et des besoins de plus en plus complexes des élèves à qui ils viennent en aide. À cause des pénuries de personnel, les conseils scolaires rencontrent des difficultés pour apporter du soutien aux élèves. À cause des bas salaires, il y a de moins en moins de personnes qui postulent à des postes au sein du personnel de soutien dans les conseils scolaires.

Vous trouverez ci-dessous les premières réponses des membres de l’OPSEU/SEFPO aux questions posées dans le diaporama sur la consultation.

Questions générales :

  1. Y a-t-il des pratiques exemplaires en place localement qui ne sont pas actuellement reflétées dans la PPN?

Chaque centre de traitement des enfants possède ses propres méthodes de prestation de services qui, selon nos membres, ne sont pas entièrement prises en compte dans la PPN actuelle. Du fait que les pratiques exemplaires peuvent être différentes dans les régions et emplacements respectifs, la mise à jour de la PPN 81 devrait tenter d’établir une norme minimale de pratiques exemplaires, pendant que le ministère veillerait à allouer le financement nécessaire pour appliquer et dépasser ces pratiques.

  1. Une fois que la PPN aura été mise à jour et publiée, combien de temps faudra-t-il, selon vous, pour la mettre en place en totalité? Quels problèmes et possibilités doivent être pris en compte pour qu’elle soit appliquée efficacement?

Dans le secteur du traitement des enfants, il faudrait accroître la dotation en personnel et la formation de première ligne des thérapeutes en fonction de l’importance des changements qui toucheront le modèle de prestation des services. Avant que les conseils scolaires puissent mettre en place tous les changements nécessaires, il faudra probablement plusieurs mois, voire une année, pour appliquer adéquatement les changements compte tenu de leur importance. Nos membres du secteur du soutien à l’éducation ont mis l’accent non seulement sur le développement d’une formation qui serait dispensée en temps opportun, mais également sur l’augmentation des embauches afin de répondre aux besoins professionnels, des infirmières en particulier. Nos membres ont également indiqué qu’il serait nécessaire de dispenser une formation spécialisée concernant les besoins particuliers des élèves.

Questions sur les soutiens et les interventions liés à la santé :

  1. Quels sont les services auxiliaires de santé qui sont fournis quotidiennement aux élèves?

Le personnel de soutien du secteur de l’éducation administre certains médicaments par voie buccale. Toutefois, il faut offrir davantage de formation et d’instruction aux infirmières auxiliaires autorisées, car ces services sont nouveaux pour le personnel de soutien. Beaucoup n’ont pas reçu la formation sur les médicaments dans le cadre des études et diplômes requis.  Ces membres viennent également en aide aux élèves ayant des problèmes de santé courants (anaphylaxie, asthme, diabète et/ou épilepsie), sondes d’alimentation, aspiration pour les élèves ayant un handicap physique, aide pour se mouvoir, soulèvement, mise en position, assistance à la mobilité, alimentation, toilette, exercices généraux de maintien (physio), hygiène quotidienne (douche), aide à la parole et au langage, interprétation/communication pour les élèves malentendants et aveugles. Bon nombre des besoins complexes de ces élèves ne sont pas pris en compte dans la formation ni dans les instructions requises par les conseils scolaires ou les médecins praticiens.

  1. Quels sont les principaux rôles et responsabilités relativement à la prestation des services auxiliaires de santé et des interventions relatives à la santé des élèves? Comment peut-on améliorer la prestation de ces services afin de mieux répondre aux besoins des élèves?

En raison de la pénurie qui touche les assistantes en éducation et les assistantes en orthophonie dans l’ensemble des conseils scolaires et de l’accroissement des besoins non satisfaits, la situation devient très problématique. Le personnel est aux prises avec des difficultés pour répondre à tous les besoins des élèves.

  1. Comment le soutien médical d’urgence est-il administré (p. ex., les médicaments d’urgence pour les crises d’épilepsie)? Y a-t-il des obstacles à la prestation de ces services et comment peut-on les surmonter?

Conformément à la loi, les documents médicaux doivent être soumis par un médecin et les documents relatifs à l’administration de médicaments doivent être en place, mais cette exigence n’est pas toujours respectée par les administrateurs et les parents. Un plan médical devrait être en place pour les élèves ayant des besoins particuliers. Un autre problème sérieux concerne l’absence de formation spécialisée et dispensée par des professionnels de la santé pour aider le personnel de soutien à suivre certains plans médicaux dans les écoles.

  1. Y a-t-il des préoccupations liées à la PPN 81 qui devraient être prises en considération pour les personnes qui procurent des soins liés à l’alimentation?

Il y a des préoccupations concernant certaines exigences dans la description d’emploi des assistantes en éducation/personnel de soutien, dont nombre d’entre elles n’ont pas de formation ni d’expérience en soins infirmiers. Les programmes de formation ne comprennent généralement pas de volet sur les soins tels que le cathétérisme, la pression manuelle de la vessie, les soins des orifices artificiels, le drainage postural, la succion et l’alimentation par perfusion.

  1. La mise à jour de la PPN 81 offre-t-elle des possibilités de résoudre le problème des ressources humaines en santé, en ce qui concerne les infirmières en particulier?

Évaluer les besoins des élèves et offrir des services tels que l’administration de médicaments par injection, le cathétérisme, la pression manuelle sur la vessie, le soin des orifices artificiels, le drainage postural, la succion et l’alimentation par perfusion sont des tâches spécialisées qui relèvent des compétences du personnel infirmier par opposition au personnel de soutien de l’éducation. Les conseils scolaires devraient embaucher des infirmières, comme ils l’avaient fait dans le passé pour apporter leur aide pour la formation, la prestation de services et le soutien.

Questions liées à la réadaptation et aux services cliniques communautaires en milieu scolaire :

  1. Quels sont les changements qui pourraient être inclus dans la mise à jour de la PPN afin que les services de réadaptation et/ou des services cliniques communautaires en milieu scolaire soient coordonnés, axés sur les élèves, sur leurs forces et besoins?

Les services de pathologie de la parole et d’orthophonie permettraient de satisfaire les besoins, car les conseils scolaires ne peuvent faire qu’un nombre limité d’évaluations. Sinon la responsabilité des évaluations psychopédagogiques, de la parole et du langage incombe aux parents, mais beaucoup ne peuvent pas se le permettre. Par conséquent, on ne diagnostique pas les élèves et on ne répond pas adéquatement à leurs besoins.

  1. Quelles pratiques efficaces avez-vous mises en œuvre dans votre région pour faciliter la collaboration entre les conseils scolaires et les fournisseurs de services communautaires? Qu’est-ce qui a permis une collaboration efficace? Quels obstacles avez-vous rencontrés et comment avez-vous fait pour les surmonter?

Les conseils scolaires travaillent avec divers services communautaires, selon la région. Toutefois, les pénuries de personnel qui touchent les organismes et les fournisseurs sont de plus en plus inquiétantes.

  1. Quel contenu supplémentaire devrait-on inclure dans la mise à jour de la PPN pour appuyer l’élaboration de protocoles et de processus entre les conseils scolaires et les fournisseurs de services communautaires afin de mieux répondre aux besoins des élèves?

On a besoin de clarifier les responsabilités des services qui doivent répondre aux besoins des élèves. On a besoin d’alléger les tâches de certaines catégories d’emplois spécifiques comme celles des assistantes en éducation. Les conseils scolaires semblent vouloir ajouter des tâches et des responsabilités supplémentaires aux assistantes en éducation, ce qui préoccupe nos membres qui occupent ces postes. En effet, les carences relatives à la formation et les soutiens supplémentaires pourraient compromettre le niveau de soins qu’elles fournissent aux élèves.

En conclusion, l’OPSEU/SEFPO tient à réaffirmer son engagement et son intérêt à poursuivre les discussions concernant l’examen de la Politique/Programmes Note 81 (PPN 81). Nous vous remercions à l’avance de nous informer des changements qui seront proposés. Nous nous réservons le droit de faire d’autres observations au fur et à mesure que le ministère avance dans ce processus.

Merci,

Jeffrey Weston et Nick Mustari
Négociateurs – Unité des négociations (SP)
Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario
100, chemin Lesmill
North York, ON M3B 3P8

Related News