Skip to content

Liste de vérification du SEFPO pour les travailleurs de la santé pendant la pandémie de la COVID-19

Liste de vérification du SEFPO pour les travailleurs de la santé pendant la pandémie de la COVID-19

COVID-19 Mises a jour sure le coronavirus
COVID-19 Mises a jour sure le coronavirus
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Mesures à prendre par les travailleurs

  • Respecter les politiques et les procédures actuelles de contrôle des infections dans votre milieu de travail.
  • Rester au fait de l’actualité. Lire toute l’information (et se renseigner) au travail sur les notifications et conseils du médecin hygiéniste en chef et du gouvernement liées à la COVID-19.
  • Rester en contact avec votre représentant syndical. Si vous êtes membre du CMSST, travailler en collaboration avec votre représentant syndical et le consulter avant d’approuver quoi que ce soit.
  • Demeurer à domicile si vous êtes malade.
  • Si vous travaillez à plus d’un endroit, communiquer avec votre représentant syndical, vous identifier à votre gestionnaire, demander et élaborer un plan individualisé pour gérer votre emploi aux différents endroits au cours de la pandémie. Dans certains environnements à haut risque, il peut être possible de coordonner des mesures afin que vous ne travailliez que dans un seul établissement pour vos heures régulières.
  • Faire un nouvel essai d’ajustement de votre respirateur N-95 et porter un respirateur N-95 s’il y a risque d’exposition au COVID-19. Faire en sorte que l’essai d’ajustement comprenne un élément de démonstration et pas seulement un module électronique.
  • Respecter les mesures de précaution supplémentaires contre la transmission par contact direct ou par voie aérienne (gouttelettes), par exemple (mais sans s’y limiter): masques chirurgicaux, gants, lunettes de sécurité, blouses, masques protecteurs, respirateurs, appareils de protection respiratoire à épuration d’air motorisé (APR à épuration d’air motorisé). Les activités à plus haut risque exigeront des normes spécifiques plus rigoureuses en ce qui concerne les ÉPI. Les procédures à plus haut risque incluent, au minimum, les interventions générant des aérosols, par exemple les intubations endotrachéales, y compris pendant la réanimation cardiorespiratoire, l’aspiration des voies respiratoires, les bronchoscopies (diagnostiques ou thérapeutiques), les opérations et les autopsies, l’expectoration provoquée (diagnostique ou thérapeutique), la ventilation mécanique non-invasive en pression positive pour l’insuffisance respiratoire aiguë (CPAP, BiPAP3-5) et l’oxygénothérapie à débit élevé.
  • Éviter tout contact avec le visage, la peau ou les vêtements lorsque vous retirer vos EPI car les gants, les mains et les équipements peuvent être contaminés.
  • ARRÊTER si vous n’avez pas l’équipement requis de protection individuelle (EPI) ou un masque ajusté correctement, et si vous n’avez pas été formé, informé et évalué adéquatement par rapport à son entretien, son utilisation et ses limites, et parler à votre gestionnaire; documenter la situation et en informer votre syndicat ou votre représentante du comité mixte de santé et sécurité au travail (CMSST).
  • Faire une évaluation des risques au point d’intervention et avant chaque interaction avec un patient infecté ou dans l’environnement du patient afin d’évaluer le risque d’exposition par contact ou aérosol lors des interventions, ou par rapport aux équipements ou aux traitements; en tout temps pendant cette évaluation des risques, l’infirmière peut demander un plus grand nombre d’ÉPI.
  • Éviter de se toucher les yeux, le nez et la bouche avec les mains afin de ne pas s’auto-contaminer; se laver les mains avant tout contact avec le corps.
  • Être à l’écoute de son corps pour tout signe de maladie et s’identifier à son gestionnaire et/ou service de la santé et de la sécurité au travail lorsqu’on ne se sent pas bien. Si au travail quand cela arrive, mettre un masque chirurgical et aviser son gestionnaire et service de la santé et de la sécurité au travail.
  • Se familiariser avec sa convention collective et avec la législation en matière de préparation en cas de pandémie, connaître les normes de santé et de sécurité au travail (SST), et le droit de refuser de faire un travail dangereux.
  • SIGNALER toute inquiétude liée à la santé et à la sécurité, y compris les lacunes dans les protocoles et les procédures, les communications, la formation, l’accès aux ÉPI ou tout autre inquiétude. Le signaler à votre gestionnaire ou surveillante, et informez votre CMSST et votre syndicat.
  • DOCUMENTER ce qui est arrivé et consulter votre syndicat et votre CMSST si vous estimez que votre sécurité n’est pas protégée. Ils peuvent vous aider à prendre les mesures qui s’imposent et vous aider à poser plainte auprès du ministère du Travail, le cas échéant, de façon qu’un inspecteur puisse venir et enquêter.

Remarque : Cette liste n’est pas complète. Contenu adapté de l’énoncé de position de la Fédération canadienne des syndicats d’infirmières/infirmiers (FCSII) (19 février 2020) – La sécurité n’est pas négociable : Préparation en cas de pandémie – le coronavirus 2019 (COVID-19)

Liste de vérification des mesures à prendre par les travailleurs des soins de santé 20 mars (en anglais) Téléchargez