Skip to content
news_press_releases_french.jpg

​Les accusations portées contre Waypoint ne stoppent pas les blessures infligées au personnel

Division de la sante mentale du SEFPO
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Penetanguishene – Les accusations portées par le ministère du Travail contre le Centre de soins de santé mentale Waypoint n’ont rien fait pour arrêter le flot d’employés blessés aux urgences locales, a déclaré le Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario.

« Dans l'espace de seulement huit jours, 11 personnes ont été envoyées à l’hôpital avec des blessures infligées par des patients devenus violents », a déclaré Pete Sheehan, président de la section locale 329 du SEFPO. « Nos membres arrivent aux urgences avec des commotions, atteintes nerveuses, luxations, dents cassées, entorses, contusions, etc. Au cours de l’année et demie écoulée, des douzaines de membres du personnel ont été envoyés à l’hôpital. »

Monsieur Sheehan a fait ces commentaires après que le Centre Waypoint ait annoncé avoir plaidé coupable à une accusation portée par le ministère du Travail après un incident survenu en avril 2016. Dans le cadre de cet incident, un client armé de deux tournevis avait attaqué une infirmière, la blessant gravement, ainsi qu’un autre membre du personnel venu à son secours. En plaidant coupable, Waypoint a admis ne pas avoir mis en place les mesures et procédures nécessaires pour protéger le travailleur. Waypoint a offert de payer une amende de 40 000 $; la Couronne demande 100 000 $.

Monsieur Sheehan a souligné que des mesures prises sur papier ne feraient rien pour rendre Waypoint moins dangereux.

« Nous avons besoin de plus de personnel, nous avons besoin de stabilité sur le plan de la dotation et nous avons besoin d’un personnel thérapeutique suffisant et d’un personnel de sécurité dévoué dans tous les quartiers et aires de soins aux patients, de façon que le personnel qui essaie d’établir une relation avec les patients ne soit pas le même que celui qui s’occupe de la sécurité. »

Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, a déclaré que l’amende infligée à Waypoint devrait servir à sécuriser l’hôpital et a demandé à Waypoint de commencer à écouter le syndicat en ce qui concerne les questions de santé et de sécurité.

« Ça fait des années que nous parlons de sécurité au Centre Waypoint », a déclaré Monsieur Thomas. « Il est évident que l’employeur est soit incapable ou peu disposé à résoudre les problèmes. Il est peut-être temps que le ministre Hoskins (ministère de la Santé et des Soins de longue durée) intervienne. »

Pour plus d’information : Pete Sheehan, 705-209-9050; Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931