Skip to content
community-agencies-french_banner-sector-5.jpg

​Julliette's Place : Le personnel de la maison de refuge pour femmes dit non aux concessions

Agences communautaires, Secteur cinq
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Scarborough – Les travailleuses de première ligne de Julliette's Place, une maison de refuge pour femmes, disent non aux concessions pour leur prochaine convention collective.

Ces travailleuses sont confrontées à un employeur qui veut sabrer dans les contributions au REER et dans les salaires. Lors d'une réunion, qui a eu lieu plus tôt ce mois-ci, les membres de la section locale 518 du SEFPO ont voté à l'unanimité pour donner un mandat de grève à leur équipe de négociation.

« Le message que le personnel de Julliette's Place a envoyé à l’employeur ne pouvait pas être plus clair », a déclaré le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas. « Elles accomplissent un travail important et remarquable et elles sont prêtes à se battre pour défendre leurs droits et faire respecter et reconnaître l’importance de leur travail. »

Ces 27 membres du SEFPO procurent des services aux femmes et enfants victimes de violence familiale.

« L'activité de base de Julliette's Place est d’aider des femmes à s’émanciper, mais à la table de négociation, leur employeur n'a rien proposé d’autres que des concessions », a ajouté le président Thomas. « Ce n'est pas une chose que nous accepterons, et si le seul moyen pour se faire entendre de l’employeur est de préparer la grève, hé bien, c'est ce que nous allons faire. »

La convention collective des membres du SEFPO qui travaillent à Julliette's Place est échue depuis le 31 mars 2017. Les deux parties ont déjà négocié avec l'aide d'un conciliateur; il n’y a pas d’autres pourparlers au calendrier pour le moment.

Renseignements : Kayla MacNeil-DeSousa, déléguée du personnel du SEFPO, 416-433-7499