Menu
Menu
news_press_releases_french.jpg

Un rapport « No board » déclenche le compte à rebours vers la grève aux CWSDS

Un rapport « No board » déclenche le compte à rebours vers la grève aux CWSDS

Services de développement
Services de développement
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Oakville – Suite au refus de l’employeur de négocier sérieusement, l’équipe de négociation représentant les 340 employés des Services de développement spécialisés du Centre-Ouest (CWSDS) a demandé un rapport recommandant de ne pas instituer de commission de conciliation (« No board ») au ministère du Travail. Une fois le rapport émis par le ministère, une grève ou un lockout peut légalement commencer le 17e jour civil qui suit.

Les deux parties négocient depuis l’expiration de la convention collective précédente, soit depuis le 31 mars dernier. Une offre initiale d’une augmentation de 10 cents de l’heure dans les deux années du contrat a vivement été rejetée par 91 pour cent des membres du syndicat aux CWSDS. Les deux parties ont rencontré le conciliateur nommé par le gouvernement le 8 août dernier, mais sans résultat. Toutefois, elles ont accepté d’aller en médiation avant de fixer une date de grève ou de lockout éventuel.

« Nous sommes des professionnels dévoués, engagés à fournir des services de qualité à nos clients », a déclaré Sue Walker, présidente de la section locale 249 du SEFPO. « Une de nos principales priorités est d’assurer que nos services favorisent l’inclusion et la dignité auxquelles ont droit les adultes qui vivent avec un trouble du développement. Toutefois, il semble évident qu’en nous offrant une augmentation de 10 sous de l’heure, l’employeur ne pense pas que nous méritions le même type de dignité. »

Le personnel des CWSDS fournit des services résidentiels dans des foyers de groupe à Oakville, Burlington, Mississauga, Halton Hills et Georgetown. Il fournit aussi toute une gamme de services de traitement, tels que counseling, soins infirmiers, orthophonie, thérapie comportementale et services de psychologie.

Madame Walker a fait remarquer que les salaires bas et la nature éreintante, et parfois dangereuse, de leur travail se traduisent par un taux élevé de roulement au sein du personnel des CWSDS.

« Nous aimons notre travail », a encore dit Madame Walker, « et nous voulons continuer de le faire. Mais on a 30 postes vacants en ce moment, ce qui signifie que le reste d’entre nous faisons le travail de 30 employés en plus du nôtre. Nous sommes quasiment au bout du rouleau. L’employeur doit nous donner une raison de continuer de travailler pour les CWSDS et nous ferons alors de notre mieux et donnerons le meilleur de nous-mêmes à nos clients. »

Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO, a fait remarquer que le gouvernement provincial avait récemment signé un contrat avec un certain nombre de grosses unités de négociation du secteur public et que les travailleurs des CWSDS s'attendaient au même traitement.

« Je me souviens fort bien des interruptions de travail de 2007 causées par une série de grèves dans le secteur des services de développement », a-t-il dit. « À l’époque, ce même gouvernement libéral avait promis de stabiliser le secteur. » Le SEFPO croit fermement qu’une offre juste, comparable aux offres convenues avec les plus grandes unités, est la seule façon d’apporter la stabilité que méritent les travailleurs des services de développement et dont leurs clients ont besoin.

Pour plus d'information : Sue Walker, 289-260-5915