Skip to content
news_press_releases_french.jpg

77 municipalités rejettent le plan de privatisation irresponsable de la vente de cannabis de Doug Ford

OPSEU President Warren (Smokey) Thomas
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, a déclaré que 77 municipalités ontariennes avaient envoyé un message clair à Doug Ford en lui disant qu’elles ne veulent pas faire partie de son plan irresponsable visant à mettre la vente au détail de cannabis entre les mains de détaillants privés à but lucratif. 

Près d’un quart des municipalités de l’Ontario ont choisi de dire non au plan de privatisation irresponsable de la vente de cannabis du gouvernement Ford, à l’instar de Mississauga, Markham, Vaughan, Richmond Hill, Newmarket, Milton, Oakville, Brantford, Pickering et Whitby, qui ont une population combinée de près de 2,3 millions de personnes.

« Les efforts du SEFPO pour sonner l’alarme au sujet du plan irresponsable de Doug Ford ont porté fruit », a déclaré le président Thomas.

« Nous avons exprimé de graves préoccupations au sujet de ce plan voué à l’échec et je suis heureux de voir que beaucoup de politiciens locaux nous ont entendus. Ils ont tenu compte des conséquences qu’il y avait à autoriser les magasins de vente au détail de cannabis sur leur territoire.  Nous voulons à présent travailler avec eux pour persuader M. Ford de proposer une meilleure option – une option responsable pour l’Ontario. »

Le président Thomas a contacté plus de 300 élus municipaux et les a exhorté à rejeter le plan de privatisation de M. Ford et à demander un plan judicieux afin d’assurer la sécurité de leurs enfants et communautés.

« M. Ford doit écouter “la population”, les travailleurs de première ligne en particulier, dont il prétend se soucier », a ajouté le président Thomas. « S’il s’en souciait, il saurait que la plupart des gens estiment que la LCBO ferait un meilleur travail pour garder le cannabis hors de la portée des enfants et adolescents. »

Les dirigeants élus ont exprimé de graves préoccupations au sujet du plan de M. Ford. La mairesse de Mississauga, Bonnie Crombie, a déclaré être « très préoccupée » par le fait que les municipalités n’aient par leur mot à dire sur l’emplacement des magasins de cannabis. Le conseiller régional de Caledon, Ian Sinclair, a également exprimé ses préoccupations quant à cette privatisation et déclaré à Caledon Enterprise.com qu’il aurait préféré la LCBO parce qu’elle emploie un personnel expérimenté et dispose d’un ensemble de règles qui ont déjà fait leurs preuves.

Le premier vice-président/trésorier du SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida, a déclaré qu’il n’est pas surpris de voir qu’un si grand nombre de municipalités aient rejeté le plan de privatisation que le gouvernement s’était empressé de mettre en place sans vraiment réfléchir aux répercussions sur la santé et la sécurité des familles et des collectivités.

« Les municipalités qui ont accepté les magasins de cannabis à but lucratif n’auront aucun contrôle ni sur leur nombre ni sur leur emplacement. Et le gouvernement choisit les détaillants par le biais d’un système de loterie, ce qui signifie que ces magasins peuvent être dirigés par des personnes qui, contrairement à la LCBO, n’ont aucune expérience pour garder une substance contrôlée hors de la portée des enfants et adolescents », a-t-il ajouté.

« En provoquant de tels revirements brusques de politique, Doug Ford va finir par se prendre le boomerang en plein visage », a conclu le premier vice-président/trésorier Almeida. « Il devrait s’asseoir avec le SEFPO et tirer parti de l’expertise des travailleurs de première ligne. »

Renseignements : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931