Skip to content

Déclaration du SEFPO sur la loterie organisée pour les permis de vente de cannabis

OPSEU President Warren (Smokey) Thomas speaks at Convention
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, a fait la déclaration suivante après avoir appris la semaine dernière que la Commission des alcools et des jeux de l’Ontario (CAJO) avait rejeté une douzaine de demandes de permis de vente du cannabis :

J’ai du mal à comprendre pourquoi le premier ministre ne met pas fin à ce chaos. Les seules personnes qui en profitent sont des criminels et quelques potes de M. Ford qui cherchent de nouvelles sources de profit rapide. Si M. Ford s’en était tenu au plan plus sensé et responsable du gouvernement précédent, qui consistait à laisser la vente de cannabis entre les mains de la LCBO, nous aurions déjà 80 magasins ouverts. Au lieu de cela, notre système fait rire le monde et nous n’avons qu’une fraction de ce nombre de magasins ouverts aux affaires. Et ce n’est pas fini, les régulateurs ont rejeté une douzaine de demandes supplémentaires et un demandeur s’est retiré, sans doute par pure frustration. En plus de cela, nous avons encore un autre scandale à démêler. Selon des rapports publiés pendant le weekend, il semblerait que la Société ontarienne du cannabis, dirigée par le gouvernement, ait violé ses propres politiques de confidentialité en vendant des données sur les clients à des producteurs de cannabis autorisés. De nombreux Ontariens ne sont pas assez vieux pour se souvenir de l’affaire du Watergate et de la présidence américaine de Richard Nixon. Cependant, ce que nous observons aujourd’hui avec le premier ministre et la façon dont il prend en charge le dossier du cannabis et de nombreux autres ressemble de près au style de gouvernement sournois, secret et paranoïaque de cette époque. Un vrai grand leader est assez sûr de lui-même pour reconnaître quand il fait des erreurs et, au besoin, revenir à la case zéro. Cela en dit long sur le premier ministre qu’il ait choisi de ne pas admettre ses erreurs en ce qui concerne le cannabis alors qu’il revient sur des décisions brutales prises dans le cadre d’autres dossiers. Tandis que les élections fédérales approchent, nous observons un gouvernement provincial qui dissimule ses erreurs sous des slogans creux et de faux reportages faisant l’éloge du gouvernement. Au lieu de faire preuve de leadership et de faire les choses correctement, Doug le fourbe a passé l’été à dégager la voie pour Andrew Scheer, le chef du Parti conservateur fédéral, mais ça ne marche pas. Les Ontariens ne sont pas fous. Sous Doug Ford, les politiques publiques de la province ne font que se détériorer. Ils ne veulent certes pas que la même chose se produise dans notre pays. C’est pourquoi la popularité de M. Scheer a fait une virevolte plus rapide qu’une décision stratégique de M. Ford. Cette façon de faire des conservateurs n’est pas une façon de gouverner. Il est temps de faire appel à des adultes.