Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Le SEFPO demande à l’OPNPN d’accepter la vérification gratuite proposée par la vérificatrice générale

Niagara Peninsula Conservation Authority building
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Welland – Le Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario (SEFPO) exhorte l'Office de protection de la nature de la péninsule du Niagara (OPNPN) à accepter l'offre de la vérificatrice générale qui propose de faire une vérification gratuite et complète de l'organisme, au lieu de payer jusqu'à 150 000 $ une firme privée pour un « examen opérationnel ».

« Le mois dernier, l'OPNPN a mis à pied une travailleuse hautement qualifiée, prétendument en raison de contraintes budgétaires », selon le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas. « Pourquoi l'OPNPN dépense-t-elle 150 000 $ pour payer des consultants alors que les spécialistes du Bureau de la vérificatrice générale de l’Ontario peuvent faire une vérification exhaustive gratuitement? »

Lucy Morton, membre du Conseil exécutif du SEFPO, est consternée par l’approche hasardeuse de l’OPNPN en matière de reddition de comptes.

« L'employée qu’ils ont licenciée le jour de la Saint-Valentin était la seule personne qui maintenait les cartes et les données en ligne permettant à tout un chacun de trouver les zones humides, les aires de conservation et des renseignements sur les propriétés. Elle était également déléguée syndicale en chef du SEFPO à l'OPNPN.

« L'OPNPN gaspille beaucoup d'argent pour une vérification qui pourrait être faite gratuitement et pour plus de 20 gestionnaires qui surveillent 30 employés dans l'unité de négociation, a ajouté Lucy Morton, mais ils n'ont pas assez d'argent pour payer le personnel qui effectuent les tâches essentielles? »

« Nous ne sommes pas dupes. »

Afin de faire la lumière sur le scandale de l’OPNPN, neuf municipalités et quatre députés provinciaux de la région, ainsi que de nombreux habitants demandent une vérification des états financiers en bonne et due forme et/ou une enquête pour mauvaise gestion.

Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, a déclaré que la demande de propositions émise par l'OPNPN est nettement insuffisante.

« À mon avis, l'OPNPN a besoin d'une vérification judiciaire complète des états financiers par une tierce partie indépendante, et non pas de quelques pages rédigées par un consultant acheté, payé et contrôlé par les cadres supérieurs. »

Le conseil de l’OPNPN se réunit aujourd'hui au Ball’s Falls Centre for Conservation.

Renseignements : Warren (Smokey) Thomas : 613-329-1931; Lucy Morton : 905-317-9464