Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Entente conclue pour mettre fin au différend sur la santé et la sécurité au CDEM

LONDON – Une entente a été conclue pour mettre fin à la dispute de près d'une semaine sur la santé et la sécurité au Centre de détention Elgin-Middlesex de London.

Après près de deux journées de réunions avec les fonctionnaires du ministère, y compris une réunion aujourd'hui même entre le ministre des Services correctionnels Yasir Naqvim le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas et Ron Elliot, le vice-président régional du SEFPO, le syndicat a signé une entente qui autorise la fouille complète de l'établissement, afin que les choses puissent retourner à la normale.

Dan Sidsworth, président de la Division des services correctionnels du SEFPO, a dit que les dirigeants de la section locale avait eux aussi joué un rôle clé dans ces négociations.

« Dominic Bragaglia, président de la section locale, et Rick Kennett, vice-président, ont travaillé sans relâche pour faire en sorte que les agents de correction et les détenus du CDEM soient en sécurité pendant la dispute et puissent apporter leur expertise au processus de résolution de la situation », a déclaré Sidsworth. « Ce qui est malheureux, c'est qu'on ait laissé durer la situation pendant près d'une semaine alors qu'on aurait pu la résoudre immédiatement en signant cette entente de fouille. »

Le président du SEFPO a dit qu'alors qu'il espère que les choses reviennent rapidement à la normale dans l'établissement, les problèmes sous-jacents de manque de personnel, formation inadéquate et manque d'équipement de sécurité sont encore là, et ce, pas seulement au CDEM, mais aussi dans tous les établissements de la province. « Aujourd'hui, nous avons résolu un problème », a ajouté Thomas. « Mais si le ministère ne s'engage pas à résoudre les problèmes clés, nos membres ne manqueront pas de se retrouver face à un tel incident. »

Sidsworth a dit que des mécanismes et soutiens ont été mis en place pour passer en revue les fouilles et la façon dont elles sont exécutées, un travail qui pourrait durer jusqu'à trois jours. « Pendant ce temps, les détenus demeurent confinés dans leurs cellules, sauf pour les déplacements essentiels, tels que pour passer en cour, rendre visite à leurs avocats, recevoir des soins de santé et manger. » Il a également ajouté qu'il avait conclu une entente avec le ministère pour passer en revue les règlements (règles et politiques opérationnelles) dans les plus de deux douzaines d'établissements correctionnels en Ontario. « C'est un bon début, mais le ministère a encore du chemin à faire pour fournir un milieu de travail sans danger aux hommes et aux femmes qui risquent leur vie chaque jour. »

– 30 –

Pour plus d'information :

Warren (Smokey) Thomas 416-443-8888
Dan Sidsworth 905-691-7955