Menu
Menu
news_notices_french.jpg

Eddy Almeida critique vertement le gouvernement pour « l’iniquité » de son projet de loi 124

Eddy Almeida critique vertement le gouvernement pour « l’iniquité » de son projet de loi 124

Almeida at bill 124 hearing
Almeida at bill 124 hearing
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Ce lundi 4 novembre, le premier vice-président/trésorier du SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida, était à Queen's Park, pour adresser un message ferme au gouvernement Ford : cessez de gaspiller du temps et de l’argent sur un projet de loi qui nuira aux travailleurs de première ligne du secteur public, les femmes en particulier.

Eddy Almeida s’est adressé au Comité permanent des affaires gouvernementales qui tient des audiences sur le projet de loi 124.

Le premier vice-président/trésorier Almeida a déclaré que le gouvernement a des choses plus importantes à faire que de présenter un projet de loi pour limiter les augmentations de salaires des travailleurs du secteur public à seulement un pour cent sur trois ans.

« J'aimerais pouvoir dire que je suis heureux d'être ici, mais ce n’est pas le cas. C'est un énorme gaspillage de mon temps et du vôtre », a dit Eddy Almeida au comité.

« Le changement climatique. La médecine de couloir. Les niveaux sans précédent d'endettement personnel. L’écart salarial entre les sexes. Voilà des problèmes urgents auxquels le gouvernement devrait accorder du temps, de l’attention et de l’énergie », a-t-il ajouté.

« Au lieu de cela, nous sommes tous bloqués ici pour parler d'un projet de loi qui est manifestement inconstitutionnel et qui cible injustement les travailleurs du secteur public. Et comme la plupart des travailleurs du secteur public sont des femmes, ce projet de loi est de surcroît une attaque contre les femmes - il ne fera qu’aggraver l'écart de rémunération entre les sexes. »

Le projet de loi 124 plafonnerait les augmentations salariales de la majorité des membres du SEFPO, indépendamment du fait qu'ils négocient à une table de négociation ou fassent valoir leurs droits devant un arbitre.

« Il est évident que ce gouvernement n'a aucune confiance dans la capacité de négociation de ses sous-ministres à qui il vient pourtant d’accorder de grosses augmentations », s’est indigné Eddy Almeida.

Une minorité de membres du SEFPO, y compris ceux qui travaillent pour les municipalités ou des organismes financés par les municipalités, ne seraient pas touchés par le projet de loi 124. Mais la plupart des membres seraient affectés, y compris ceux qui ont actuellement un contrat, puisque leur prochain contrat serait assujetti à un plafonnement des augmentations salariales annuelles de un pour cent sur trois ans.

Mais Eddy Almeida a promis que le SEFPO combattrait ce projet de loi dans les tribunaux, ce qui fait que cette mesure gouvernementale sera un autre gâchis exorbitant.

« Cessez de gaspiller inutilement notre argent pour payer des avocats et des batailles juridiques », a ajouté Eddy Almeida.

Le premier vice-président/trésorier Almeida a demandé au gouvernement d’écouter le nombre croissant d'économistes – y compris M. Abhijit Banerjee, l'un des récipiendaires du Prix Nobel d'économie 2019 – qui disent que la croissance économique est stimulée par les dépenses de consommation, et non pas par les réductions d’impôts.

« Plus d'argent dans les poches des gens, c'est une économie plus forte », a ajouté Eddy Almeida. « On n’a pas besoin d'être un prix Nobel pour comprendre ça. »

Eddy Almeida a souligné le fait que les statistiques du ministère du Travail montrent que les augmentations de salaires dans le secteur public ont déjà été plus faibles que le taux d’inflation pendant une décennie.

« Durant les huit des 10 dernières années, les augmentations de salaires dans le secteur public ont été plus basses que l'inflation – nous avons subi une réduction salariale d’au moins cinq pour cent, a conclu Eddy Almeida. « Et voilà que nous sommes de nouveau ciblés. C’est absolument inique. »