Skip to content

Un an de plus, un an plus fort

OPSEU President Warren (Smokey) Thomas and First Vice-President/Treasurer Eduardo (Eddy) Almeida
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

On dirait bien qu’il va faire grand beau lundi en Ontario. Au nom de tous les membres du Conseil exécutif du SEFPO, nous tenons à vous encourager à participer aux activités de la Fête du Travail organisées dans votre communauté.

Reposez-vous au soleil et dans la solidarité. Vous l’avez bien mérité.

Cette année n’est pas facile pour les travailleurs, tant dans le secteur privé que public. Les 12 derniers mois ont été une période de chaos, d’incertitude et de chagrin.

Mais n’oubliez surtout pas que ce n’est qu’ensemble que nous pouvons gagner.

Depuis la Fête du Travail de l’an dernier, nous avons célébré quelques victoires.

Les travailleurs de l’autisme, appuyés par les parents et des membres de la communauté, ont forcé le gouvernement Ford à se débarrasser d’un ministre insensible et à recommencer à zéro avec ses plans de réforme des services aux enfants autistes.

Pendant ce temps, les travailleurs de l’automobile et leurs alliés de toute la province ont combattu côte à côte pour forcer une des plus grandes sociétés du monde à revenir sur ses plans de destruction totale de son usine d’Oshawa,

Et ce ne sont que deux des nombreuses victoires que les travailleurs ont remporté cette année. Parmi les autres, notons :

Les travailleurs de la santé mentale de Kingston membres du SEFPO ont sauvé un grand nombre de leurs services du couperet.

À Owen Sound, les membres du SEFPO se sont battus avec des résidents et des familles pour sauver le foyer public de soins de longue durée Gray Gables.

Les membres du SEFPO et d’autres syndicats siégeant au conseil du régime de retraite OPTrust ont travaillé ensemble pour donner, pour la toute première fois, à des dizaines si ce n’est des centaines de travailleurs en Ontario l’occasion de souscrire à un régime de retraite à prestations déterminées et de bénéficier d’une certaine sécurité à la retraite.

De grandes victoires pour les travailleurs, qui méritent d’être fêtées.

Et nous célébrons chacune de ces victoires debout, sur les épaules des travailleurs venus avant nous. Fins de semaine, prestations de santé, pensions, congés de maternité… aucun de ces avantages nous ont été donnés de bon gré. Solidaires, les travailleurs ont dû se battre pour chacun d’eux.

Nous devons rester solidaires les uns des autres.

En cette Fête du Travail, nous nous rassemblons et marchons dans le calme avant d’entrer dans une tempête qui se promet d’être puissante.

Titubant suite à une longue liste de scandales de leur propre cru, causant l’effondrement de leur popularité, les Conservateurs de M. Ford restent en grande partie silencieux, et ce, afin, c’est évident, de ne pas amoindrir la chance des Conservateurs aux prochaines élections fédérales.

Mais à la fin du mois d’octobre, une fois que le choix aura été posé, le premier ministre reviendra certes à la vie. Et nous savons tous et toutes qui seront ses victimes : les travailleurs syndiqués comme nous.

Le premier ministre et le président du Conseil du Trésor, Peter Bethlenfalvy, nous l’ont clairement fait savoir au printemps dernier lorsqu’ils ont introduit le Projet de loi 124, une législation manifestement anticonstitutionnelle visant à limiter les augmentations salariales négociées dans le secteur public à seulement un pour cent par année. Un taux probablement inférieur au taux d’inflation, faisant de cette législation un projet de loi visant la réduction des salaires des travailleurs syndiqués du secteur public.

La bonne nouvelle est que le projet de loi n’a pas encore été adopté. Il ne fait ainsi pas encore force de loi dans la province.

La mauvaise nouvelle est que certains employeurs peu scrupuleux agissent comme si le projet de loi 124 avait été adopté, refusant d’offrir plus de un pour cent aux travailleurs en négociations, réduisant ainsi leurs salaires.

Ce n’est pas juste. Nous ne pouvons pas les laisser faire. Nous ne les laisserons pas faire.

Ainsi, en cette Fête du Travail, regardez autour de vous. Les travailleurs que vous voyez sont une source incroyable de force et de solidarité. Profitez-en. Appréciez-les. Servez-vous en.

En tant que syndicalistes, c’est une autre année à le faire. Et cela signifie que nous sommes une autre année plus fort.

Ensemble pour gagner.

Solidairement,

Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO
Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier du SEFPO