Annonces bannière

Le racisme anti-Asiatiques doit cesser maintenant!

OPSEU Coalition des Travailleurs Racialises. Resilience, determination, representation
Facebook
Twitter
Email

Le monde a récemment souligné le premier anniversaire du jour où l’Organisation mondiale de la santé (OMS) avait déclaré que la COVID-19 était une pandémie mondiale. Depuis le début de la pandémie, les communautés asiatiques de toute l’Amérique du Nord ont été dépeintes injustement comme porteuses du virus. Depuis plus d’un an, le racisme anti-Asiatiques et les crimes haineux ont atteint des taux alarmants au Canada.

Le président de l’OPSEU/SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, dénonce ces actes de xénophobie et dit qu’ils n’ont pas leur place dans nos communautés.

« Nous avons tous vu des vidéos et des images troublantes de personnes d’origine asiatique violemment attaquées pendant qu’elles vaquaient à leurs occupations quotidiennes. Notre syndicat est fermement solidaire des communautés asiatiques, dans son effectif et dans l’ensemble du Canada, dans le cadre de notre lutte collective pour combattre le racisme anti-Asiatiques », a déclaré le président Thomas.

La fusillade récente dans trois salons de massage à Atlanta, en Géorgie et dans les environs, est un acte de terreur, visant spécifiquement la communauté asiatique des États-Unis. Ces attaques horribles et motivée par la haine raciale ont fait huit morts.

« Je suis d’autant plus troublé que les médias ont minimisé cette tragédie et négligé de reconnaître la vérité qui les sous-tend. Dire rien de moins ne fait que victimiser davantage les vies innocentes déjà perdues. En tant que société, nous devons cesser de chercher des excuses pour ces meurtres de masse, surtout lorsqu’ils sont motivés par la haine raciale », a ajouté le président Thomas.

Des données récentes ont montré qu’un nombre disproportionné de ces attaques ont été dirigées contre des femmes asiatiques. En outre, cette combinaison de racisme et de sexisme peut être directement liée à des stéréotypes qui dépeignent les femmes asiatiques comme soumises et dociles.

Parmi les effets profonds et nombreux, citons le fait qu’elles deviennent des cibles faciles pour la traite des personnes et qu’elles sont bloquées dans des emplois précaires et à faible revenu, qui ont également des liens avec les lois anti-immigration.

Selon Statistique Canada, les crimes contre la communauté asiatique sont en hausse depuis le début de la pandémie. À Vancouver, les crimes haineux auraient augmenté de 97 pour cent en 2020 et les crimes haineux anti-Asiatiques de 717 pour cent. Des recherches ont montré que Toronto a le deuxième plus grand nombre de cas de racismes anti-Asiatiques, mais les données réelles de 2020 ne sont pas encore disponibles.

« Les entreprises, les organisations et les institutions appartenant à des Asiatiques ont été la cible de commentaires racistes, de menaces de violence et d’autres formes de discours haineux. Les répercussions sur la communauté, qui est préoccupée par ces menaces inquiétantes, sont une autre source d’anxiété durant cette période déjà difficile où les gens s’efforcent de surmonter la pandémie », a déclaré Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier de l’OPSEU/SEFPO.

Plus de 30 pour cent des Canadiens d’origine asiatique ont signalé une augmentation du nombre de harcèlements ou d’attaques, mais ce qui est plus effrayant, c’est que de nombreuses victimes ou témoins d’actes haineux anti-Asiatiques hésitent à les signaler ou ne savent pas qu’ils peuvent les signaler.

L’augmentation continue de ces attaques et incidents racistes engendre des taux élevés d’anxiété et de peur, ainsi qu’un sentiment de non-appartenance chez les diverses communautés asiatiques du Canada.

«  Ces facteurs de stress et l’anxiété liée à la pandémie contribuent à accentuer les sentiments de vulnérabilité et d’isolement chez de nombreuses personnes », a déclaré Elizabeth Ha, vice-présidente des personnes d’ascendance asiatique à la Coalition des travailleurs racialisés (CoTW) de l’OPSEU/SEFPO.

« Nous ne devons pas seulement dénoncer ces actes de racisme, mais aussi en parler et les affronter de front. Nous ne nous laisserons ni intimidés ni réduire au silence », a-t-elle ajouté.

Renseignements :

https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/45-28-0001/2020001/article/00046-fra.htm

https://www.covidracism.ca/about