Mois du patrimoine asiatique : Ensemble, nous sommes plus forts

Mois du Patrimoine asiatique
Facebook
Twitter
Email

Au mois de mai, à l’occasion du Mois du patrimoine asiatique, nous célébrons l’héritage, l’histoire et les contributions des Canadiennes et Canadiens d’origine asiatique, dont l’histoire au Canada remonte à plus de 150 ans.

Grâce à leur force et résilience, les Canadiennes et Canadiens d’origine asiatique ont apporté de remarquables contributions économiques, sociales, politiques et financières qui ont enrichi notre pays.

D’innombrables icônes canadiennes d’origine asiatique se sont distinguées à l’échelle nationale et internationale, comme par exemple la très honorable Adrienne Clarkson, qui a été la 26e gouverneure générale du Canada de 2002 à 2005; Naranjan Singh Grewall, le premier conseiller municipal sikh à être élu au Canada, mais aussi dans toute l’Amérique du Nord en 1950; Kim Thúy, une auteure canadienne née au Vietnam, qui a remporté le prestigieux Prix littéraire du Gouverneur général dans la catégorie des romans de langue française en 2010; mais aussi Larry Kwong, le premier joueur d’origine asiatique à jouer dans la LNH. Beaucoup d’autres Canadiennes et Canadiens d’origine asiatique ont contribué de manière remarquable. Nous les saluons et les remercions pour leurs diverses contributions à notre société et à nos familles.

Malheureusement, les Canadiennes et Canadiens d’origine asiatique ne se sentent pas toujours les bienvenus. On peut retracer l’apparition du racisme et de l’exclusion anti-Asiatiques dès 1885, avec l’adoption de la Loi sur l’immigration chinoise qui édictait que chaque Chinoises et Chinoix qui immigrait au Canada était tenue de payer une taxe d’entrée au pays. Et en 1914, les passagers en provenance de l’Inde qui étaient à bord du navire à vapeur japonais, le SS Komagata Maru, se sont vu refuser l’entrée à Vancouver et ont été contraints de retourner en Inde.

En 2006, le gouvernement du Canada a présenté des excuses officielles aux immigrants chinois qui ont été forcés de payer une taxe d’entrée au pays.  Il a démontré que la responsabilité des actions racistes avait commencé au sommet.

Le racisme anti-Asiatiques n’est pas seulement un phénomène historique. De nos jours, il est encore une triste réalité.

Depuis le début de la pandémie de COVID-19, il y a eu une augmentation inquiétante des actes de racisme anti-Asiatiques.  Cette haine n’a pas sa place dans notre syndicat.  L’OPSEU/SEFPO condamne fermement tous les actes de racisme, de discrimination et de haine anti-Asiatiques qui s’infiltrent et prennent racine dans notre société.

Nous admirons la force et la résilience de toutes les personnes d’origine asiatique asiatiques qui luttent, presque quotidiennement, contre les actes de haine, de discrimination et de racisme. Il y a parmi nos membres de nombreuses personnes d’origine asiatique qui continuent de jouer un rôle de leadership au sein de leurs sections locales et communautés.  Elles sont en première ligne de la lutte contre les inégalités concernant l’accès aux nécessités de base comme la nourriture, l’eau, les soins de santé et le logement – des inégalités qui sont enracinées profondément dans le racisme individuel et systémique.  Dans leur lutte, les membres de l’OPSEU/SEFPO qui sont d’origine asiatique donnent une voix aux personnes qui n’en ont pas, et pour parler notamment au nom des travailleuses et travailleurs migrants qui n’ont pas accès à des conditions de travail sûres ni à un statut juridique au Canada.

Ce travail illustre l’engagement permanent de l’OPSEU/SEFPO à éradiquer toutes les formes de racisme. Et nous lui en sommes reconnaissants.

Nous continuerons d’aller de l’avant ensemble.

Solidairement,

JP Hornick, présidente de l’OPSEU/SEFPO

Laurie Nancekivell, première vice-présidente/trésorière de l’OPSEU/SEFPO

Elizabeth Ha, Coalition des travailleurs racialisés (CoTR) de l’OPSEU/SEFPO, vice-présidente représentant les personnes d’origine asiatique

Related News