Skip to content
2014-10_fr_ops_bargaining_we_can_do_it_page_banner_c.jpg

Madame Barnes demande aux membres du CPSM d'appuyer le personnel correctionnel en se retirant du comité

Un message de Roxanne Barnes, co-présidente du SEFPO, Comité patronal-syndical central, à tous les membres de la FPO

Chers amis,

Les membres de l’Unité de négociation des Services correctionnels seront en position de grève ou de lockout légal dès minuit une dimanche. Tandis que l’équipe de négociation du SEFPO rencontre l’employeur aujourd’hui même et peut-être encore demain, l’éventualité d’une grève demeure bien réelle.

Nos membres des Services correctionnels pourraient bien se trouver engagés dans le combat de leur vie. Les services correctionnels en Ontario sont en pleine crise et nos membres sont prêts à faire grève pour changer ça, si c’est ce que ça prend pour que le gouvernement se réveille enfin et prenne les services correctionnels et le personnel de correction au sérieux.

Cela fait des mois que l’employeur se prépare à l’éventualité d’un arrêt de travail. Il a offert une formation secrète à des briseurs de grève pour leur permettre d’accomplir les tâches de nos membres, étant même allé jusqu'à construire des logements pour permettre à des gestionnaires somptueusement récompensés dans toute la FPO de vivre à l'intérieur des établissements correctionnels pour la durée d’une grève ou d’un lockout.

Hier, j’ai demandé aux membres unifiés de nous appuyer en refusant tout poste de gestion intérimaire qui pourrait leur être offert. Aujourd’hui, je sollicite votre soutien à titre de membre d’un Comité patronal-syndical du ministère (CPSM)

En ce moment décisif, nous ne pouvons nous permettre de faire quoi que ce soit qui puisse aider le gouvernement à faire tourner la roue comme si de rien n’était. C’est pourquoi je demande à tous les membres d’un CPSM de se retirer de leur comité jusqu’à ce que la ronde de négociations actuelle soit terminée.

Je sais que ça fait plus de 15 mois que vous ne vous êtes pas assis à la table. Je sais aussi que nos lieux de travail sont en plein chaos et que l’employeur a sournoisement profité de notre absence, alors que nous négocions, pour faire progresser son plan. Nous aurons beaucoup à faire quand nous retournerons à la table, mais pour le moment, je vous demande de vous retirer de votre comité pour montrer votre soutien à nos membres des Services correctionnels. Je sais que nous pourrons compter sur leur soutien dans l'avenir.

Il est essentiel que nous transmettions un message sans équivoque à l’employeur. Nous devons lui faire comprendre que nous sommes unis et déterminés. Lorsque des membres du SEFPO prennent position, nous sommes solidaires et nous prenons tous et toutes position avec eux. Tant que l’employeur refuse de négocier de bonne foi, les choses ne retourneront pas à la normale.

Je compte sur vous pour faire votre part pour nous aider à mener cette action syndicale vers une victoire rapide et décisive.

Solidairement,

Roxanne Barnes
Co-présidente du SEFPO, Comité patronal-syndical central, Fonction publique de l'Ontario

Distribution autorisée par Warren (Smokey) Thomas, président, Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario

Connexe : Page d’index Services correctionnels en état de crise