Skip to content

Être vus, être entendus : Nilda Denis Martinez, Région 5

Un casque d'écoute, un oeil, qui illustre la campagne du Comité provincial des jeunes travailleurs du SEFPO, intitulée : Être vus, être entendus
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Photo de Nilda Denis Martinez, Région 5, qui est mise en vedette cette semaine dans le cadre de la campagne intitulée, Être vus, être entendus, du Comité provincial des jeunes travailleurs, qui vise à reconnaître les jeunes travailleurs de première ligne.

Je travaillais à temps partiel comme coordonnatrice des sports et loisirs dans un collège communautaire de l’Ontario. La meilleure partie de mon travail consistait à travailler en étroite collaboration avec des travailleurs-étudiants qui s’investissaient avec passion pour changer les choses de manière positive dans leur collège communautaire. Afin que les étudiants aient des occasions de rencontrer leurs pairs, nous organisions chaque semestre de nombreuses activités sociales en lien avec les programmes. Tout en insistant sur l’importance du bien-être et de la santé en général, notre rôle consistait essentiellement à créer un environnement inclusif où les étudiants se sentaient bienvenus, en sécurité et intégrés à l’équipe. Puis la COVID-19 a déferlé sur nous.

Conséquences de la COVID-19 :

Mon poste faisait partie des 403 000 emplois qui ont été perdus en Ontario en avril dernier en raison de la COVID-19, mais tout le monde a perdu quelque chose ou, bien plus grave, un être cher. C’est pourquoi j’ai décidé de faire du bénévolat pour des groupes de planification sociale à distance qui mettent l’accent sur le soutien aux groupes et communautés dans le besoin. J’ai depuis eu l’occasion d’organiser de nombreux événements virtuels, notamment un concert de solidarité pour reconnaître et remercier les travailleurs de première ligne, mais également un pique-nique des employés pour rappeler aux personnes qui font du télétravail de s’encourager mutuellement, car nous sommes tous concernés.

J’ai appris que l’action communautaire est essentielle pour traverser de telles périodes. Partager des informations sur ce qui se passe et sur ce qui peut être fait pour aider autrui est important, mais sans aucune utilité si on ne joint pas le geste à la parole. Je suis fière de dire que je fais partie d’une communauté qui organise des ateliers en ligne pour les travailleurs qui sont mis à pied et pour ceux qui doivent retourner au travail et qui s’inquiètent des conditions de travail. La pandémie de COVID-19 pourrait se terminer bientôt – et le plus tôt sera le mieux – mais elle a changé notre vie pour toujours.  Je participe actuellement à des campagnes de lutte contre le racisme afin de sensibiliser les gens au racisme en milieu de travail, ainsi qu’à des campagnes de mobilisation des travailleurs précaires pour lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale, économique et politique.

Mon objectif est de faire en sorte que le mouvement continue. Ce n’est pas parce que nous avons tous été touchés d’une manière ou d’une autre que nous ne pouvons pas faire partie de la solution. Restez actif, soyez fort et prenez part à l’édification d’un monde meilleur. Et prenez soin de vous.  

Télécharger en format PDF : 2020-09-PYC Campaign Statement_region5_fr_a