Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Grande victoire pour le personnel de soutien à temps partiel des collèges : Un accord de principe est conclu

OPSEU College Support Part-time / SEFPO College soutien personnel a temps partiel
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Le SEFPO a négocié un premier accord de principe pour les quelque 20 000 membres du personnel de soutien à temps partiel des collèges de l’Ontario.

Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, a parlé d’entente historique qui améliorera de façon importante la vie professionnelle de milliers de nouveaux membres du SEFPO.

« La vie de nos membres n’aura plus à être chamboulée avec des horaires chaotiques. Ils auront désormais des règlements entourant la sécurité d’emploi et ils sauront que le SEFPO les soutient lorsqu’ils sont traités de façon inéquitable au travail », a déclaré M. Thomas. 

« Il a fallu travailler très fort pour en arriver là, mais nous avons franchi un cap important avec cette entente. »

L’accord de principe arrive un peu plus d’un an après que la Commission des relations de travail de l’Ontario confirme le droit du SEFPO de représenter les travailleurs à temps partiel. Ils avaient voté massivement en faveur d’une représentation du SEFPO après la campagne de syndicalisation la plus importante de l’histoire du mouvement ouvrier canadien, qui a duré 14 ans.

Monsieur Thomas a rendu hommage à l’équipe de négociation et aux négociateurs du SEFPO, qui ont travaillé sans relâche toute l’année dernière pour élaborer le texte final.

Les détails spécifiques de l’entente seront publiés une fois que les membres auront eu la chance de la ratifier. L’équipe de négociation recommande aux membres d’accepter l’entente. Le syndicat organisera des réunions pour examiner les détails de l’entente avec les membres, et procédera aux votes de ratification dans les semaines qui viennent.

L’accord de principe représente une énorme victoire pour les travailleurs de soutien à temps partiel des collèges et pour tous les Ontariens qui occupent un emploi précaire, a affirmé le premier vice-président/trésorier du SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida.

« Je prévois que cette entente aura des répercussions bénéfiques sur tous les travailleurs précaires en Ontario », a dit M. Almeida. « Elle contribuera à améliorer la façon dont on traite les travailleurs précaires. Les employeurs se sentiront de plus en plus obligés de traiter leurs travailleurs équitablement. »

Selon le président Thomas, c’est un grand moment pour le mouvement syndical canadien.

« Cette victoire montre bien qu’avec de la détermination et de gros efforts, on peut réaliser nos rêves », a-t-il dit. « Au SEFPO, nous sommes tous et toutes ravis d’avoir fait ce pas de géant pour faire de l’Ontario un endroit meilleur pour des milliers de travailleurs dévoués.

Tandis que nous remercions l’employeur d’être parvenu avec nous à un règlement négocié, je lui dis haut et fort qu’il est temps de laisser tomber les contestations judiciaires entourant la campagne de syndicalisation du personnel scolaire à temps partiel actuellement devant la Commission des relations de travail de l’Ontario. Nous sommes en 2019. Tous les travailleurs aux premières lignes des collèges devraient avoir une voix collective dans leur milieu de travail. Arrêtez de dépenser le précieux argent des contribuables et des étudiants pour éviter l’inéluctable. »

Le SEFPO représente 155 000 travailleurs, dont, dans les collèges, 12 000 travailleurs de soutien à temps plein et 20 000 à temps partiel, ainsi que 12 000 membres du personnel scolaire à temps plein.

Pour plus d’information : 
Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO – 613-329-1931