Communiqués bannière

Grande victoire pour le Service de sécurité du campus de l'Université Western

London – Les membres du Service de sécurité du campus de l'Université Western Ontario (UWO) ont ratifié un contrat de travail de cinq ans avec des augmentations salariales significatives et des améliorations au libellé de leur convention collective.

Aux termes de l'accord, les 10 membres du service de sécurité recevront une augmentation salariale de deux pour cent pour chaque année du contrat, avec effet rétroactif au 1er juillet 2015.

Les améliorations à la convention collective sont les suivantes :

  • Le doublement de la prime de formation des agents de cinq à 10 pour cent;

  • Le renforcement du libellé concernant le processus de grief

  • Un nouveau processus de médiation

  • L’augmentation des heures supplémentaires pouvant être accumulées

  • Une nouvelle disposition sur la sous-traitance

  • La suppression d'une lettre d'entente autorisant l’affectation temporaire des agents au centre des communications

  • Une nouvelle disposition sur les mises à pied et les rappels comprenant une période de rappel de 24 mois

  • Une clause sur la restructuration qui oblige l’employeur à consulter l'unité de négociation avant la mise en œuvre de toute restructuration

« Malgré le refus de l’employeur de négocier, nous sommes restés ouverts à la négociation collective, a déclaré  Julie McGuffin, la présidente de la section locale 102 du SEFPO. Et c'est une bonne chose, car, tout à coup, ils étaient prêts à discuter. Je pense qu'ils ont sous-estimé notre détermination et le soutien que nous avons reçu de la communauté. »

Le 13 mai dernier, les présidents des associations du personnel et de l’université, ainsi que la députée provinciale de London-Fanshawe, Teresa Armstrong, avaient participé au rassemblement des constables spéciaux. De nombreux médias et membres de la police étaient également présents lors de ce rassemblement.

« Ce rassemblement a ouvert les yeux de l’employeur, a déclaré McGuffin. Avec tant de gens de notre côté, l’employeur ne pouvait plus continuer à nous ignorer et a dû négocier de bonne foi. Et nous avons négocié un bon accord. »

Warren (Smokey) Thomas, le président du SEFPO, a déclaré qu'il était très satisfait avec le vote et le contrat de travail. « Ces professionnels dévoués n’ont pas cédé face aux intimidations. Au lieu de cela, ils ont galvanisé le soutien de la communauté et fait front en restant unis et déterminés.

Même s’ils forment un petit service de sécurité, ils ont toujours fait preuve d’une intégrité et d’un professionnalisme irréprochables. Je les félicite pour leur position de principe et je les félicite pour leur très bon contrat de travail. »

Renseignements : Julie McGuffin, 519-859-9102