Les travailleuses et travailleurs du Centre de santé communautaire de Black Creek ont conclu un accord de principe

La section locale 5117 de l’OPSEU/SEFPO, qui représente 70 travailleuses et travailleurs au Centre de santé communautaire de Black Creek, a réussi, malgré le comportement inacceptable et les tactiques antisyndicales de l’employeur, à parvenir à un accord de principe après une grève longue de six semaines.

Les membres de la section locale 5117 ont été contraints de déclencher la grève le 12 juin dernier, après des mois de négociations infructueuses sur les augmentations de salaires, le respect et la transparence. Durant leur grève de six semaines, Cheryl Prescod, directrice exécutive de Black Creek, a laissé pourrir la grève à plusieurs reprises en bloquant les pourparlers, en s’absentant pendant de longues périodes de la table de négociation et en négociant de mauvaise foi. Par conséquent, le syndicat a déposé deux plaintes pour pratique déloyale de travail auprès de la Commission des relations de travail de l’Ontario.

« Ce fut une bataille longue et acharnée face à un employeur qui a tout fait pour que cette grève soit inutilement longue », a déclaré le président de l’OPSEU/SEFPO, Warren (Smokey) Thomas. « J’aimerais féliciter l’équipe de négociation pour son dévouement et sa persévérance durant des négociations extrêmement difficiles. »

L’accord de principe, qui est presque identique à la proposition présentée par l’OPSEU/SEFPO le 2 juillet dernier, a finalement été conclu le 20 juillet après une séance de médiation de deux jours à la Commission des relations de travail de l’Ontario. La convention collective de la section locale 5117 est échue depuis plus d’un an.

« C’est incroyable de voir la directrice exécutive d’un centre de santé communautaire, dont la mission est de promouvoir la santé mentale, traiter ses propres employés et leur santé mentale avec un tel mépris et un tel irrespect », a déclaré le président Thomas. « Les membres de la section locale 5117 se sont unis, se sont défendus et ont montré leur force collective à leur patronne. Cet accord de principe est une victoire pour chaque travailleuse et travailleur de Black Creek. Je ne pourrais pas être plus fier de leur engagement et de leur ténacité. »

L’équipe de négociation recommandera aux membres d’accepter l’accord de principe et le vote de ratification se tiendra le 21 juillet. Les détails de l’accord seront publiés à la suite du vote de ratification.

« Les membres de la section locale 5117 sont parmi les travailleurs de la santé communautaire les plus courageux et les plus passionnés de la province », a déclaré Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier de l’OPSEU/SEFPO. « Leur employeur a eu des manières inadmissibles et fourbes durant les négociations, mais ces travailleuses et travailleurs n’ont pas baisser les bras. Je suis fier de ce qu’ils ont accompli tout au long de ce combat et j’espère vraiment que la ministre de la Santé regardera de près les agissements de cet organisme et le presque un demi-million de dollars d’argent des contribuables qui a été inutilement détourné des salaires de ces héros de première ligne. »

Les membres de la section locale 5117 occupent divers postes de première ligne et de soutien au centre de santé communautaire. Les soins de santé communautaires qu’ils dispensent sont essentiels pour les résidents de la communauté, qui doivent faire face à des problèmes liés au chômage, à des revenus peu élevés et à l’immigration. Parmi ces résidents, il y a des personnes racialisées et des immigrants non anglophones, dont beaucoup ont un statut d’immigration précaire et aucune assurance-maladie complémentaire.

« Le moins qu’on puisse dire est que cette grève a été difficile, mais il est important que nos membres soient traités avec la dignité et le respect qu’ils méritent », a déclaré Mahnaz Pourahmadi, présidente de la section locale 5117 de l’OPSEU/SEFPO. « Nous sommes extrêmement reconnaissants d’avoir finalement pu parvenir à un accord de principe. Nous encourageons tous les membres à accepter cet accord, afin de pouvoir de nouveau dispenser des soins à notre communauté. »