SEFPO Coalition des traveailleurs racialises

Le Mois de l'histoire des Noirs : honorer l'héritage de l'activisme des Noirs

Workers of Colour Caucus OPSEU - Caucus des gens de couleur SEFPO
Facebook
Twitter
Email

À l’occasion du Mois de l'histoire des Noirs 2018, le Caucus des gens de couleur (CGC) tient à souligner les changements importants dans le discours public, les politiques et la législation qui ont eu des répercussions importantes sur les communautés noires et racialisées.

Ces changements sont le résultat de plusieurs décennies d'activisme de la part des militants noirs, des défenseurs des droits de la personne et du mouvement syndical qui continuent à jouer un rôle clé pour défendre les droits et soutenir les mouvements en faveur du changement social. Dans le cadre des célébrations du Mois de l'histoire des Noirs 2018 : Faits sur les Noirs, le CGC met en lumière les réalisations et l'héritage des mouvements anti-racistes et de défense des droits de la personne. Pour accéder aux versions précédentes de Faits sur les Noirs, cliquez ici.

Veuillez également vous joindre à nous pour célébrer les pionnières noires : Paulette Senior, Trey Anthony, Viola Desmond, Delivina Bernhard et d'bi.young anitafrika, dont les portraits figurent sur l’affiche 2018, qui a été créée par l'artiste Robert Small.

Black History Month poster

Améliorations au Code des droits de la personne et aux normes du travail

Le Caucus des gens de couleur applaudit les modifications législatives telles que le projet de loi 164, une loi qui modifie le Code des droits de la personne de l’Ontario afin d’élargir les protections en matière des droits de la personne. Ces nouvelles protections prévoient que toute personne a droit à un traitement égal, sans discrimination fondée sur le statut d’immigrant, l’existence de dossiers de police et la situation sociale, telle que la pauvreté.

Le CGC appuie les transformations positives introduites par le projet de loi 148, la Loi de 2017 pour l'équité en milieu de travail et de meilleurs emplois et les changements importants à la Loi sur les normes d'emploi et à la négociation collective en Ontario, y compris les augmentations du salaire minimum, le principe du salaire égal pour un travail d’une valeur égale quel que soit le statut d'un employé, l’interdiction aux employeurs de classifier de façon erronée les employés en tant qu'« entrepreneurs indépendants et l’amélioration des congés et vacances.

Ces changements sont particulièrement bienvenus puisque les personnes racialisées sont plus susceptibles de vivre dans la pauvreté et d'être en butte à des obstacles dans les milieux de travail. Même lorsqu'elles travaillent, les personnes racialisées sont plus susceptibles de gagner moins, d’être en situation de précarité et de vivre dans la pauvreté que le reste de la population ontarienne. Ces disparités persistent malgré le fait qu'en Ontario, les personnes racialisées soient plus nombreuses sur le marché du travail que les Canadiens non-racialisés. Le sous-emploi, la précarité et le stress au travail ont également un impact dévastateur sur la sécurité du revenu et les dangers physiques et psychologiques – tous des facteurs déterminants pour la santé et l'équité en matière de santé.

Pour en savoir plus, visitez le site Web du Centre canadien des politiques alternatives

Forum du Mois de l'histoire des Noirs : promouvoir l'équité en matière de santé pour les communautés racialisées

Continuez à nous suivre pour en savoir plus sur le Forum du Mois de l'histoire des Noirs 2018 qui sera organisé par le CGC plus tard ce mois-ci. Cet événement sera l'occasion d'explorer les disparités raciales en matière de santé et de travail, en particulier le lien indispensable entre un bon emploi, un bon salaire et le bien-être pour les communautés racialisées. Nous examinerons également les modifications prévues dans le projet de loi 148 afin de savoir si elles permettront de réduire les inégalités de revenus et d’améliorer la santé des communautés racialisées.

Résistance aux violences policières et profilage racial

Le Caucus des gens de couleur a déjà attiré l'attention sur le problème du profilage racial. En plus d’être fréquemment arrêtées, interrogées et fouillées, les personnes racialisées sont confrontées au racisme systémique qui existe dans le système de justice pénale. En janvier, de nouveaux règlements interdisant la pratique du fichage par la police sont entrés en vigueur en Ontario. Ces règlements interdisent aux policiers de contrôler l’identité de « manière arbitraire » et en se basant sur la race ou la présence dans un quartier où le taux de criminalité est élevé. Cliquez ici pour en savoir plus.

Ces nouveaux règlements ne sont qu'une première étape pour éliminer le profilage racial et le racisme systémique dans le travail de la police, car il est toujours possible pour un policier de ficher un individu durant un contrôle routier, d’arrêter ou de détenir un individu, d'exécuter un mandat ou de recueillir des indices lors d'une enquête. Le Caucus des gens de couleur se joint aux militants communautaires et syndicaux pour exiger la fin de toutes les pratiques de fichage.

Rassemblements pour en finir avec la haine

Après la fusillade à la mosquée de Québec, il y a un an, le Caucus des gens de couleur et des milliers de personnes à travers le Canada se sont joints aux veillées et rassemblements de solidarité avec la communauté musulmane. Cliquez ici pour lire notre déclaration en commémoration aux Musulmans qui ont été tués durant la prière du soir : Mamadou Tanou Barry, Ibrahima Barry, Khaled Belkacemi, Abdelkrim Hassane, Azzeddine Soufiane et Aboubaker Thabti. Veuillez-vous joindre à nous pour un rassemblement contre le racisme et la haine envers les Noirs, les Autochtones et les Musulmans.

Le 27 janvier 2018 – Nous n'oublierons pas! Abolissons la haine maintenant.

Date : samedi 27 janvier, à 11 heures
Lieu : place Nathan Phillips, Hôtel de ville de Toronto

Samedi 27 janvier, nous demandons à toutes les personnes qui s'opposent à la haine de se joindre à nous à l’occasion d’un rassemblement de solidarité sur la place Nathan Phillips, à Toronto, à 11 heures, en compagnie de plusieurs orateurs. Collations et boissons chaudes sur place.

Ce rassemblement marque le premier anniversaire de la fusillade qui a coûté la vie à six musulmans au Centre culturel islamique de Québec. Durant la dernière année, il y a eu une augmentation des actes islamophobes et haineux commis par des mouvements suprémacistes blancs. Ces groupes se sentent encouragés par l'élection de Donald Trump et par l'appui des politiciens d'extrême-droite en Europe. Ces membres de la suprématie blanche ont déjà répandu leur haine raciste en organisant des rassemblements sur la place Nathan Phillips par le passé.

Hélas, le groupe haineux d’extrême-droite PEGIDA a décidé d'organiser un rassemblement sur la place Nathan Phillips, le 27 janvier – soit presque un an après la date anniversaire de la tuerie. Ils tenteront d’empiéter sur notre espace. Nous croyons que PIGEDA veut célébrer l'attaque terroriste et attiser une peur irrationnelle à l’égard des musulmans. Nous nous rassemblons pour montrer que leur message de haine n'a pas sa place dans nos rues et que notre message de paix est infiniment plus puissant.

Cet événement aura lieu sur le territoire des premières nations Huron-Wendat et Pétun, Sénécas, et plus récemment, des Mississaugas of the Credit River. Le territoire faisait partie du Pacte de la ceinture wampum faisant référence au concept du « bol à une seule cuillère », un accord entre la Confédération iroquoise, les Ojibwe et les nations alliées visant à partager les ressources autour des Grands Lacs et à en prendre soin en paix.