Skip to content
opseu_blood-services_copy_fr.jpg

Les travailleurs du sang ont fixé leur délai de grève au 8 janvier

We the North
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Plus de 800 employés en Ontario de la Société canadienne du sang (SCS) ont fixé leur délai de grève au 8 janvier 2015, disant que les concessions exigées par l'employeur représentent un grave danger pour la sécurité à venir du système de collecte et de distribution du sang.

« Si la tragédie du sang contaminé d'il y a un quart de siècle nous a appris quoi que ce soit, c'est que la sécurité du système de collecte et de distribution du sang doit être à toute épreuve », a déclaré Warren (Smokey) Thomas, président du Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario (SEFPO), qui représente les travailleurs.

« Il est regrettable que la SCS ait déposé sur la table des revendications qui, à notre avis, compromettent cette sécurité même. Au nom de tous les Canadiens, je dis que c'est un risque que nous ne pouvons et ne devrions pas nous permettre d'accepter. »

Le SEFPO fait ressortir plusieurs des concessions de la SCS qui pourraient nuire au système. Parmi celles-ci, notons la mise à pied de professionnels des soins de santé qualifiés et leur remplacement par des employés occasionnels à temps partiel mal payés. Le syndicat s'inquiète également du fait qu'avec l'évolution du climat de travail, l'approvisionnement et la distribution des produits sanguins doivent se faire de plus en plus rapidement et les objectifs de production ne sont pas raisonnables.

Le SEFPO s'est également dit inquiet de la voie qu'emprunte la SCS avec son modèle d'affaires. L'organisme à but non lucratif, réglementé par le gouvernement fédéral, semble vouloir développer ses actifs sans s'appuyer sur un plan parallèle pour améliorer ses services. Malgré des actifs évalués à plus de 800 millions de dollars, l'organisme a annoncé qu'il réduirait ses dépenses de 100 millions de dollars.

Rappelons que la fermeture de sa clinique de Thunder Bay, il y a deux ans, avait déjà résulté en une réduction de près de 10 000 unités de sang destinées au programme de dons de plasma.

« Nous craignons que le gouvernement fédéral Harper permette délibérément à la SCS d'adopter ce programme d'austérité afin d'améliorer son bilan », a ajouté Thomas. « C'est la recette pure et simple d'une répétition potentielle de la calamité des années 1980. C'est de l'imprudence et nous devons y mettre un frein. »

Les négociations contractuelles entre le syndicat et la SCS devaient reprendre le 5 janvier.

Pour plus d'information :

Warren (Smokey) Thomas
1-800-268-7376

Laurie Miller
Agente de communications du SEFPO
416-697-1594