Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Le président Thomas, sur l'élargissement de l'enquête Wettlaufer

C'est dans ma nature de prendre soin de vous. Soins de longue duree SEFPO
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Warren (Smokey) Thomas, président du Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario (SEFPO), félicite le NPD pour la motion adoptée le 14 septembre dernier à l’Assemblée législative de l'Ontario, laquelle demande un élargissement du mandat de l’enquête Wettlaufer pour inclure le sous-effectif, le sous-financement et les autres problèmes systémiques au sein du système des soins de longue durée.

« Il y a plus d’un mois, j’ai demandé au gouvernement d’inclure dans l’enquête un examen attentif des causes sous-jacentes de la violence dans les établissements de soins de longue durée. J’ai fait remarquer que le grave manque de personnel, les normes minimales, les questions de sécurité et les impacts d’une population rapidement vieillissante exerçaient une pression croissante sur notre système de soins de longue durée, déjà dysfonctionnel.

« Je suis ravi qu’Andrea Horwath et les Nouveaux démocrates de l’Ontario conviennent que le mandat de l’enquête doive être élargi pour permettre d’examiner les soins de longue durée dans la province de manière globale », a continué Monsieur Thomas. « Maintenant que la motion du NPD est adoptée, on peut commencer à consulter les experts,  les résidents et leurs familles partout en Ontario. »

Le président Thomas a insisté pour dire que la priorité doit être accordée à la justice pour les victimes de Madame Wettlaufer et aux réponses à leurs familles. Il a déclaré que le gouvernement avait aussi le devoir d’enquêter sur les problèmes systémiques et de les résoudre de manière convenable.

« Les libéraux poursuivent une politique d'austérité et de privatisation sans relâche », a-t-il encore dit. « Ils ont gravement compromis la qualité des soins et la sécurité des résidents pour enrichir des intérêts privés. Et, c’est vraiment triste à dire, mais les conséquences de l’austérité vont jusqu’à la mort. Au cours des quatre dernières années, nous avons compté 25 homicides dans les établissements de soins de longue durée. »

Le président du SEFPO demande également aux libéraux de modifier les délais d'exécution et l’ampleur de l’enquête.

« Si cette enquête se poursuit jusqu’en 2019, comme on le prévoit à l’heure actuelle, les résultats ne seront pas publiés avant les élections de l’année prochaine. Ce gouvernement n’aurait ainsi pas à expliquer l’état déplorable du système de soins de longue durée aux Ontariens et ils pourraient laisser dormir le rapport pendant trois ans de plus, jusqu’aux élections de 2022.

« Le peuple de l’Ontario ne peut attendre aussi longtemps pour voir le gouvernement prendre ses responsabilités et agir. »

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas 613-329-1931