Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Un projet de loi d'exécution du budget qui nuit à la sécurité au travail

Workplace Safety booklet, mask, first aid kit, helmet and gloves.
Facebook
Twitter
Email

Toronto – Selon le syndicat qui représente les inspecteurs en santé et sécurité professionnelles de l’Ontario, le projet de loi d’exécution du budget provincial ne manquera pas d’aider les employeurs à se dérober à leur devoir de faire des inspections de la sécurité au travail et de mettre en danger les travailleurs de toute la province.

L’Annexe 16 du projet de loi 70, actuellement débattu à l'assemblée législative, modifierait la Loi sur la santé et la sécurité au travail (LSST). Le gouvernement a déclaré que l’Annexe 16 « réduirait le fardeau de processus inutiles, tels que les inspections de routine » (traduction libre) si les employeurs satisfont certains critères d'accréditation développés par des consultants tiers privés.

« Les inspections de routine ne sont pas « inutiles », a déclaré Len Elliott, vice-président régional du Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario pour le sud-ouest de l’Ontario. « Les inspections de routine constituent la pierre angulaire de notre système provincial de santé et de sécurité. Elles permettent de prévenir les accidents et les maladies professionnelles, et elles sauvent des vies. »

« Les inspecteurs en santé et sécurité rédigent des milliers d’ordonnances par année suite à leurs inspections proactives dans les lieux de travail accréditées par un processus d’accréditation typique », a déclaré Monsieur Elliott, lui-même inspecteur en santé et sécurité professionnelle, à London. « Les lignes directrices sur papier ne sont rien si elles ne sont pas mises en pratique. »

« Avec l’Annexe 16, on risque d’observer un plus grand nombre de blessures graves et de fatalités dans les milieux de travail de l’Ontario », a-t-il encore dit. « Je ne cherche pas à dramatiser. Ce sont les faits. »

Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, a demandé au gouvernement de supprimer l’Annexe 16 du projet de loi 70.

« Permettre aux employeurs d’éviter les inspections proactives en remplissant un formulaire, c’est comme laisser les gens qui roulent trop vite éviter une amende en promettant de ne pas faire d’excès de vitesse », a-t-il dit. « Ce genre d'auto-réglementation est synonyme de non-réglementation. »

Monsieur Thomas a demandé à tous les travailleurs de la province de communiquer avec leur député provincial et d’envoyer un message au ministre du Travail Kevin Flynn.

« Nous devons empêcher l’adoption de l’Annexe 16 », a-t-il encore dit. « C'est une question de vie ou de mort. »

Le SEFPO représente quelque 400 agents de santé et sécurité au travail au MdT.

Pour plus d’information : Len Elliott, 519-857-4000; Warren (Smokey) Thomas 613-329-1931