Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Le budget ne fait pas mention de la crise dans les services correctionnels

TORONTO – Le budget de l’Ontario présenté aujourd’hui est loin de tenir compte de la crise dans les services correctionnels de l'Ontario, a déclaré le patron du Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario.

« Ça fait longtemps que nous disons à la province que les services correctionnels ont besoin d’une injection urgente de 100 millions de dollars pour commencer à résoudre les problèmes auxquels font face nos établissements et nos bureaux de probation et libération conditionnelle », a déclaré Warren (Smokey) Thomas plus tôt aujourd'hui. « Nous ne blaguons pas quand nous parlons de manque de personnel, de prisons surpeuplées et de violence. Nous sommes extrêmement déçus de voir que le gouvernement nous a ignorés. »

Le budget contient une augmentation de 112 millions de dollars pour le ministère de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels. Toutefois, 70 de ces 112 millions de dollars iront au réseau radio de la police et 18 millions de dollars aux municipalités, pour couvrir les coûts liés à la sécurité des tribunaux. Cela laisse donc 13 millions de dollars pour des écrans de télévision en circuit fermé et des scanners corporels à installer dans les prisons et les bureaux et 11 millions pour couvrir les coûts d’immobilisation visant la transformation du Centre des jeunes Roy McMurtry en un centre pour délinquantes adultes.

« Nous avons désespérément besoin de centaines d'agents correctionnels, mais je ne vois pas d’argent dans ce budget attribué pour du personnel supplémentaire », a encore dit Thomas. « C'est une grave erreur! J’espère seulement que l'erreur ne coûtera pas la vie d’un de mes membres, d’un membre du public ou d’un détenu avec qui nous travaillons. »

Au cours des trois derniers mois, le président du SEFPO a invité plusieurs députés provinciaux à se joindre à lui pour visiter certains établissements pénitentiaires dans la province. Le ministre des Services correctionnels, Monsieur Yasir Naqvi, était l’un d’entre eux.

« Les membres de ce gouvernement ne peuvent plus prétendre ignorer ce qui se passe dans nos prisons », a ajouté Monsieur Thomas. « Ils l’ont vu de près, de la prison du district de Thunder Bay, démolie par les émeutes, au sordide Centre de détention d'Ottawa-Carleton,

« Les députés provinciaux peuvent s’attendre à voir les membres du SEFPO qui travaillent pour les services correctionnels taper à leur porte très bientôt. »

Pour plus d'information : Warren (Smokey) Thomas 613-329-1931

Connexe : Page d’index Services correctionnels en état de crise