Skip to content
news_press_releases_french.jpg

« Construisez la nouvelle prison de Thunder Bay – maintenant », demande le SEFPO

« Construisez la nouvelle prison de Thunder Bay – maintenant », demande le SEFPO

Crise correctionnelle : Mettez-y fin!
Crise correctionnelle : Mettez-y fin!
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Thunder Bay – À la suite du rapport cinglant de l’Ombudsman de l’Ontario sur l’état des services correctionnels de l’Ontario, le syndicat qui représente les 9 000 agents des services correctionnels de la province demande à Queen’s Park de commencer la construction de la nouvelle prison promise à Thunder Bay.

« Pendant des années, le gouvernement libéral précédent nous a assuré que les plans et les fonds pour construire la prison étaient bien là, mais ce n’était que des mots en l’air et rien n’a été fait », a déclaré Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO. « Pendant ce temps, les choses s’aggravent de jour en jour à la prison. Il est maintenant temps de donner le premier coup de pelle. »

Le 26 avril, le gouvernement conservateur a annoncé qu’il irait de l’avant avec la construction d’un nouvel établissement de 325 lits pour remplacer la prison actuelle, qui avait été achevée en 1928 pour une capacité de 125 lits. Les membres du personnel des services correctionnels critiquent vivement les conditions de vie de la prison actuelle, qui est surpeuplée, délabrée et qui ne répond plus aux besoins des programmes de réhabilitation, même de base.

« Il est impératif que le gouvernement ne perde plus de temps et commence les travaux sur-le-champ », a déclaré Chris Jackel, président de la Division des services correctionnels du SEFPO. « Ils peuvent construire cette prison et montrer le leadership fort dont le gouvernement précédent manquait cruellement. En l’état actuel des choses, la prison de Thunder Bay n’est ni un lieu de travail ni un lieu de vie, et certainement pas un lieu approprié pour un nouveau départ dans la vie. »

Le premier vice-président/trésorier du SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida, qui est un agent des services correctionnels, a dit que la prison actuelle rend un très mauvais service aux détenus qui veulent prendre un nouveau départ dans la vie.

« En tant que membres du personnel des services correctionnels, nous faisons tout notre possible pour que les détenus qui quittent nos établissements ne reviennent jamais. Mais à Thunder Bay, nous sommes dans une impasse parce que nous ne pouvons pas offrir les programmes de réhabilitation de base exigés par la province. Le gouvernement fait du tort à tous les détenus, en particulier aux détenus autochtones. Ils sont incarcérés en grande partie à cause du racisme systémique. Les conditions de vie de la prison de Thunder Bay ne font qu’ajouter un problème à un autre. »

Le président Thomas a souligné le fait que les détenus ayant des problèmes de santé mentale et de toxicomanie pâtissent également de cette situation. « Avec le manque intolérable de soutien en santé mentale en Ontario, particulièrement dans le Nord-Ouest, nos établissements sont devenus les établissements de santé mentale de dernier recours. La moitié de notre population carcérale a désespérément besoin d’aide, mais nous ne pouvons pas leur en donner. »

« Il faudra au moins cinq ans pour construire une nouvelle prison », a-t-il souligné. « Qu’attend le gouvernement aujourd’hui – une émeute? Des blessés et des morts? La population de Thunder Bay ne peut plus attendre et elle ne devrait pas avoir à attendre. Il est temps de passer à l’action. »

Renseignements : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931; Chris Jackel, cmjackel.corr.merc@gmail.com