Skip to content
news_notices_french.jpg

Les employeurs doivent faire ce qui est nécessaire et envoyer les travailleurs chez eux

Warren (Smokey) Thomas in a blue suit standing at a podiu
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Les chefs d’entreprise de l’Ontario doivent à présent faire preuve de leadership et faire ce qui est nécessaire face à la plus grande menace pour la santé de l’histoire de notre province, a déclaré le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas.

« Nous demandons aux chefs d’entreprise de la province d’envoyer les travailleurs chez eux pour les deux prochaines semaines avec plein salaire », a déclaré le président Thomas. « Cela comprend les travailleurs à temps partiel et précaires. Nous devons le faire pour enrayer la propagation de cette maladie. Ce n’est pas le moment de penser aux profits; c’est le moment de s’engager dans la bataille de toute une génération. »

En dépit du fait que pas un seul de ses employés n’ait été testé positif à la COVID-19, le SEFPO a fermé ses bureaux à l’échelle de la province le 12 mars et fait le choix de la prudence. Les employés du SEFPO ne perdront ni rémunération ni crédits pour avoir fait leur part.

« On est aux prises avec une pandémie et tout le monde doit faire sa part pour assurer la sécurité de la population. Le gouvernement et les contribuables ne peuvent pas être les seuls à faire des sacrifices », a ajouté le président Thomas. « Nous comprenons que le fait de suspendre notre économie aura des effets, mais pensez seulement à l’alternative et aux conséquences qu’elles pourraient avoir. Ne considérez pas cela comme un coût, mais plutôt comme un investissement. À ce stade, limiter tous les contacts non essentiels entre les personnes est la solution pour freiner la propagation de la COVID-19. »

Les professionnels de la santé de l’Ontario sont les meilleurs au monde et sont sur la ligne de front pour lutter contre ce virus. Cependant, même nos solides bataillons de professionnels seront submergés si on ne prend pas de précautions.

« Nous devons permettre à nos services de santé de faire leur travail, sans pour autant les étouffer. C’est de cette manière que nous les aiderons à garder le contrôle de la situation », a expliqué le président Thomas. « En ne faisant pas sa part pour contenir la propagation de la maladie, non seulement on fait du tort aux travailleurs de première ligne qui travaillent sans relâche pour procurer des soins aux personnes malades, mais on compromet en outre leur santé. Faisons bloc et arrêtons de mettre les gens en danger. »

« Le monde d’aujourd’hui est un endroit incroyablement flexible. Il n’a jamais été aussi facile de travailler à domicile et on devrait encourager autant que possible les employés à faire du télétravail. Rappelons aux personnes et aux entreprises qui travaillent en contact direct avec le public que limiter les contacts étroits et face à face est aujourd’hui le meilleur moyen d’assurer la prospérité future de leur entreprise. En nous serrant les coudes, nous triompherons. »