Skip to content
OPSEU College support/soutien. Personnel de soutien a temps plein des colleges.

Bulletin de négociation 2011 Numéro 8

We the North
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Numéro 8, 15 août 2011

Le syndicat a menacé d’interrompre les pourparlers

Votre équipe est retournée à la table des négociations le 9 août dernier. Dans notre dernier bulletin de négociation du mois de juillet, nous avions indiqué que nous attendrions l’appel téléphonique de l’employeur avant de retourner à la table. L’employeur ne nous a pas appelés. C’est pourquoi le 10 août, avec l’aide du médiateur, votre équipe a dit à l’équipe de négociation de l’employeur que s’ils n’étaient pas prêts à nous rencontrer pour discuter de nos revendications, nous interromprions les pourparlers. Sachant que nous n’hésiterions pas à quitter la table, l’employeur a tardivement accepté d’aborder vos revendications. Lorsque nous sommes retournés à la table la semaine dernière, l’employeur avait à peine modifié ses propositions du 21 juillet. En d’autres termes, aucune discussion ou progrès significatif n’a pris place entre les équipes la semaine dernière.

Le message de l’équipe était clair

Votre équipe a également communiqué ce message aux négociateurs de l’employeur : « Nous sommes déçus de la façon dont vous avez réagi à nos propositions. » Sachant que l’employeur n’était prêt qu’à peu de changements, votre équipe a dû déployer des efforts considérables pour rester à la table.

Nous restons prêts à quitter la table à n’importe quel moment. Nous savons que nous sommes responsables à l’égard de nos membres et que nous assumons également la responsabilité de négocier une convention collective. Nous prenons nos responsabilités au sérieux; toutefois, nous continuons de dire à nos membres qu’en plus de se préparer à faire grève, ils doivent désormais s’attendre à devoir tomber en grève.

Votre équipe ne prend pas cette position à la légère. Nous sommes à la table de négociation pour obtenir une convention collective qui tienne compte de vos revendications. Vous nous avez dit que la sécurité d’emploi, les avantages sociaux et les salaires étaient vos principales priorités. Vous nous avez dit avec un vote de grève de 77 pour cent que vous étiez prêts à appuyer vos revendications et à faire comprendre à l’employeur que vous n’accepteriez pas ses concessions.

Nos options

  • Les réunions prévues pour les 23, 24, 25, 26, 29, 30 et 31 août peuvent avoir lieu comme prévu; idéalement, pour aboutir à une entente négociée, nous aimerions qu’elles aient lieu.

  • L’employeur peut vous forcer à voter sur une offre qui n’aurait pas été négociée avec votre équipe. Si vous votez en faveur d’une telle offre, les négociations et les pourparlers prennent fin.

  • Votre équipe peut aussi choisir d’interrompre les pourparlers. Le cas échéant, on interromprait les négociations en attendant que l’employeur soit d’accord de négocier vos revendications et de conclure une entente négociée.

Le mandat de l’équipe consiste à négocier une entente qui vous convienne. Nous prenons cette responsabilité très au sérieux et nous ferons le nécessaire pour y arriver. Si l’employeur vous demande de voter sur une offre qui ne vous a pas été présentée par votre équipe, alors vous devez comprendre que pour votre équipe, ce n’est pas l’offre optimale. Ce sera aux présidents de vos sections locales, à vos délégués syndicaux et aux membres qu’il incombera de

Parviendrons-nous à une entente d’ici au 31 août?

Nous estimons qu’il est possible de conclure une entente en août afin de ne pas compromettre la rentrée scolaire. Toutefois, à en juger par les manoeuvres dilatoires délibérées de l’employeur, il est impossible d’affirmer qu’une entente puisse être négociée d’ici au 31 août.

Téléchargez ce document