Skip to content
OPSEU College support/soutien. Personnel de soutien a temps plein des colleges.

Bulletin de grève Numéro 1

We the North
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Numéro 1, 2 septembre 2011

Tard dans la soirée du mercredi 31 août, alors que l'horloge se rapprochait inéluctablement du délai de grève de minuit, les négociateurs de l'employeur nous ont dit qu'ils n'avaient rien d'autre à nous proposer. Ils n'étaient pas prêts à faire un pas de plus pour se rapprocher d'une entente. Il restait encore sur la table quelques-unes de nos revendications non encore abordées et un certain nombre de modifications proposées par l'employeur qui auraient contribué à éliminer des droits dont vous jouissez actuellement.

Au cours des prochains jours, vous entendrez sans doute dire combien nous sommes avides de gains et que nous devrions nous considérer chanceux d'avoir ce que nous avons. Mais en attendant, soyons réaliste et séparons nos faits de leur fiction.

Faits contre fiction

Salaires

Les collèges offraient 1,5, 1,5 et 1,75 pour les trois années du contrat. L'inflation annuelle à elle seule est actuellement à 2,7 pour cent par année. Nous étions prêts à négocier, mais pas un taux salarial qui nous ferait tomber sous le taux d'inflation.

Allocation spéciale

En vertu de votre contrat actuel, les collèges doivent payer l'allocation spéciale chaque année le 1er septembre ou la période de paie précédente. L'employeur veut faire passer la date du paiement à la première période de paie APRÈS le 1er septembre. 1.

Aperçu du contexte Au mois d'août, le Conseil des employeurs des collèges a conseillé aux collèges de NE PAS nous payer l'allocation spéciale cette année. Pourquoi? Nous estimons qu'ils cherchaient par ce geste délibéré à vous intimider davantage en supprimant des fonds qui pourraient vous être utiles en cas de grève. Lorsque nous avons demandé à l'employeur à la table de négociation pourquoi il demandait ce changement, il a répliqué que le 1er septembre ne tombait pas nécessairement sur une journée de paie et donc que ça pouvait compliquer le traitement de la paie. Alors pourquoi n'a-t-il pas proposé la première journée de paie en août? Ou encore en juillet? Nous pensons que c'est parce qu'il ne veut PAS mettre de fonds supplémentaires dans votre poche, parce qu'en cas de grève, si vous avez moins d'argent, vous serez davantage tenté de décider de ne pas appuyer la grève.

Initiatives/possibilités

Au cours de la dernière ronde de négociations, cette question avait déjà prêté à controverse. Nous avions éventuellement accepté de garder le protocole d'entente, estimant qu'il pouvait permettre de créer de bonnes possibilités de perfectionnement professionnel si utilisé à bon escient. Néanmoins, les collèges ont abusé de ce protocole. Le résultat est que très peu de gens sont embauchés à de tels postes pour se perfectionner. L'employeur demande maintenant que la lettre fasse désormais partie intégrante de notre convention collective.

Horaire variable

Les négociateurs de l'employeur ont affirmé qu'ils n'avaient pas assez de temps avec deux semaines et qu'ils voulaient un préavis plus long pour choisir de ne pas participer à l'horaire variable – même si vos circonstances spéciales requièrent un changement d'horaire.

Semaines de travail comprimées

C'était un aperçu des intentions de l'employeur qui affectent votre vie professionnelle. D'un côté, l'employeur a enfin abordé la question des semaines de travail partagées. De l'autre côté, l'employeur n'a pas parlé des changements de quart éventuellement nécessaires ou des changements qui pourraient devoir être apportés à vos horaires de travail. Les négociateurs de l'employeur n'ont pas abordé la façon dont ils s'occuperaient des iniquités possibles, comme par exemple si certains membres se voient accorder le droit à la semaine de quatre jours alors qu'on le refuse à d'autres. En vertu de la proposition de l'employeur, les travailleurs aux premières lignes n'auraient jamais droit à la semaine de quatre jours. L'employeur n'a pas dit que si vous aussi vouliez avoir droit à la semaine de quatre jours, votre seule option était de faire pression auprès de votre supérieur.

Congés du Comité de négociation du syndicat

Nous pensons que l'employeur veut semer la pagaille entre votre équipe de négociation et vous en essayant de vous faire croire qu'en fait, dans ce conflit, ce sont les dirigeants syndicaux qui veulent plus, pas les membres, qui, eux, sont prêts à accepter le statu quo.

Congés autorisés

Afin de bien servir les besoins de nos membres, vos représentants élus ont besoin de congés. Ce n'est peut-être pas un gros problème pour les membres, mais c'est une autre façon pour l'employeur de causer la discorde entre les membres et vos représentants syndicaux élus.

Congés pour la représentation syndicale

Un autre exemple de la façon dont l'employeur cherche à nuire à votre droit à une forte représentation syndicale et à l'exécution du contrat.

Plaintes/griefs

C'est une proposition en fait tout à fait décente sur laquelle les deux parties ont réussi à s'entendre. L'employeur a proposé un processus interne plus rapide et nous avons proposé d'adresser les plaintes et les griefs à un seul arbitre plutôt qu'à une commission. Cette modification pourrait permettre aux collèges et au syndicat d'économiser des centaines de milliers de dollars chaque année. Malgré tout, l'employeur cherche encore à limiter les pouvoirs de l'arbitre.

Travailleurs et travailleuses d'été

Nous tenons à ce que les collèges paient ces étudiants à un taux évalué de façon appropriée – et non pas au salaire minimum réduit réservé aux étudiants.

Période d'essai

Il y a quarante-deux ans, en vertu de notre première convention collective, notre période d'essai était de six mois. Qu'est-ce qui a changé au cours de ces 42 années? Pourquoi estime-t-on qu'il est tout à coup urgent de modifier la durée de notre période d'essai? De nouveau, l'employeur tente de compromettre nos bons emplois et d'abuser des nouveaux employés. Nous estimons que l'objectif véritable de l'employeur est d'embaucher de nouveaux employés et de les laisser aller avant la fin de leur période d'essai, pour ainsi créer une main-d'œuvre temporaire.

Cela fait 32 ans que le personnel de soutien des CAAT n'a pas fait grève, mais le 1er septembre, nous avons résisté à l'employeur pour exiger le respect qu'il nous doit. Nous nous sommes défendus pour nous protéger contre l'érosion des bons emplois et pour faire en sorte que nos enfants aient de bons emplois dans l'avenir.

Enfin, et je vous quitte sur cette pensée, le personnel de soutien forme l'ossature du réseau collégial; nous sommes l'infrastructure des collèges de l'Ontario et nous assurons leur bon fonctionnement.

Rod Bemister, président Équipe de négociation du personnel de soutien des CAAT

télécharger