Skip to content

Les travailleurs du service de sécurité de l'Université Carleton demandent la conciliation

We the North
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Les travailleurs du service de sécurité de l'Université Carleton ont demandé la désignation d'un conciliateur puisque les tentatives de négocier un premier contrat avancent à pas de tortue.

« Les négociations ont commencé depuis dix jours et nous n'avons presque pas avancé. Les négociations pourraient durer toute l'année sans l'intervention d'un conciliateur pour faire avancer les choses », a déclaré le négociateur Nelson Ross Laguna.

« Nous voulons négocier un contrat équitable et nous avons d'importants enjeux à surmonter. Passer l'importante période des négociations à débattre sans fin de chaque point de détail ne nous permettra pas de conclure une convention collective », a ajouté pour sa part Brent Gobeo, président de l'équipe de négociation et vice-président de la section locale 404.

L'Université Carleton ne cesse de s'agrandir et d'investir dans de nouveaux édifices qui nécessitent toujours plus de sécurité.

« On demande sans cesse aux employés de faire plus avec moins et les niveaux de dotation du personnel ne suivent pas le rythme », a déclaré Devon Reeves, président de la section locale 404 du SEFPO, à l'Université Carleton. « Cette convention collective sera un outil important pour veiller à ce que les campus de l'université répondent aux besoins de sécurité des étudiants. »

Le service de sécurité de l'Université Carleton est composé de constables spéciaux, de répartiteurs, d'agents de sécurité du campus et de patrouilleurs-étudiants. Ces 50 travailleurs se sont joints au SEFPO en mai 2013.