hcdc_opseu_french_banner.jpg

Les CASC obligent les patients à choisir entre se faire soigner et appuyer leurs prestataires de soins

NIAGARA – Le personnel en grève d'une agence de soins infirmiers de la région du Niagara s’est dit très inquiet du fait que le Centre d'accès aux soins communautaires (CASC) ne fournisse aucune solution de rechange raisonnable aux patients qui, jusqu'à récemment, étaient à leur charge.

Les 130 travailleurs ont révélé que certains de leurs patients à domicile sont désormais réduits à devoir se rendre jusqu'aux cliniques exploitées par leur employeur pendant la grève en taxi.

« Le CASC devrait s'abstenir de renvoyer les patients à CarePartners tant que le conflit de travail n'est pas résolu », a déclaré Warren (Smokey) Thomas, le président du Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario, lequel compte 130 000 membres. « Au lieu de cela, le CASC met ces patients dans une situation qui les oblige à prendre parti dans ce conflit de travail. »

Mais en dépit de la position difficile dans laquelle le CASC les a placés, les patients à domicile ont montré leur appui à leurs prestataires de soins. La semaine dernière, Tammy McCormick Ferguson, qui communique avec un iPad en raison d'un trouble neurologique qui l'empêche de parler, a envoyé une note au personnel en grève et aux médias, qualifiant d'épouvantables les conditions de travail des infirmières.

« À l'instar de 70 000 autres personnes, je peux rester à la maison et permettre au gouvernement d'épargner des millions de dollars avec les infirmières communautaires qui s'occupent de nous », écrivait Madame McCormick Ferguson.

Pendant la grève de ParaMed, l'an dernier, dans le comté de Renfrew, le CASC de Champlain avait mis fin aux renvois bien avant la date de grève et transférait le dossier des patients à des agences de soins à domicile de remplacement selon leurs besoins.

Tandis que CarePartners prétend ne pas avoir les moyens d'accorder à ces travailleurs les dispositions fondamentales dont bénéficie normalement le personnel professionnel et de soutien du secteur, l'agence semble ne pas manquer de fonds pour les trajets en taxi et les gardes de sécurité embauchés pour surveiller des piqueteurs paisibles entrés dans leur cinquième journée de grève.

CarePartners affirme publiquement être disposé à revenir à la table de négociation, mais n'a donné aucune nouvelle date de négociation au syndicat.

CarePartners est une agence à but lucratif privée sous contrat avec le Centre d'accès aux soins communautaires. L'agence offre des services de soins infirmiers, dont des services en oncologie, dialyse, pédiatrie, soins des plaies et soins aux diabétiques.