Skip to content
news_announcements_french.jpg

Pendant la pandémie de COVID-19, les célébrations de la fête des Mères éclairent d’un jour nouveau la façon d’honorer nos mères

Illustration of a women holding flowers.
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Le 10 mai, en cette fête des Mères, rappelons-nous les mères qui sont aux premières lignes de la pandémie, chargées de fournir les services publics qui soutiennent les Ontariens tout au long de la crise de la COVID-19.

De nombreuses mères qui travaillent dans le secteur public risquent leur santé chaque jour pour continuer de fournir les services qui permettent à l’Ontario de tourner. Elles rentrent chez elles pour aider leurs familles après une journée mentalement stressante et physiquement épuisante. Beaucoup d’entre elles ont de la peine à atteindre l’équilibre nécessaire, et pourtant, elles y arrivent, et nous les admirons pour cela.

Bien d’autres travaillent de chez elles, essayant de concilier les exigences de leurs employeurs et l’instruction à domicile de leurs enfants. D’autres mamans sont à la maison, devant s’adapter à un salaire réduit ou tombé à zéro, ainsi qu’aux mêmes engagements à l’égard de leurs enfants et de leur famille, en plus de la difficulté à joindre les deux bouts.

Malheureusement, nombreuses sont les mamans en Ontario qui font également face à la perte d’un être cher, parfois leur propre mère ou père, victime de cette pandémie. Leur perte sera d’autant plus tangible en cette fête des Mères paisible.

En raison de cette pandémie, nombreux sont ceux et celles dans le monde qui pleureront la mort de leur mère. Nous savons que les foyers de soins de longue durée et les personnes âgées ont été les plus durement touchés par la COVID-19. Tandis que le nombre de victimes augmentait, la négligence et le sous-financement massif de nos établissements de soins de longue durée et le problème des installations privées à but lucratif qui rognent sur les dépenses pour augmenter leurs profits ont été exposés et sanctionnés. Les membres du personnel, fatigués et surmenés, pour la plupart des femmes, font tout en leur pouvoir pour veiller à leur santé et à leur sécurité, ainsi qu’à celles des résidents des établissements dans lesquels ils travaillent, et ce, en dépit de salaires très bas.

S’il peut ressortir quelque chose de positif de cette pandémie, cela pourrait être l’occasion de réexaminer nos priorités en tant que société. C’est l’occasion de s’attendre à mieux de la part de nos gouvernements et employeurs, de changer nos attitudes et notre cadre social. C’est le moment idéal de traduire en actes les sentiments d’amour, de tendresse et d’affection que nous manifestons à nos mères le jour de la fête des Mères et aux autres femmes dans nos vies, et que nous exigions que la façon dont nous traitons les femmes au travail change. Comme toutes les femmes, nos mères méritent des salaires justes et équitables et des conditions de travail saines et sécuritaires, sans harcèlement ni discrimination. 

En cette journée de fête des Mères, à nulle autre pareille, rendons hommage à nos mères collectivement, que ces femmes soient mères biologiques ou nous aient élevés, prenant le rôle de mère dans nos vies. Remercions-les pour leurs sacrifices et, mieux encore, défendez-les en exigeant l’appui solide du public et leur traitement juste et équitable au travail.

Solidairement,

Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO

Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier du SEFPO