Menu
Menu
news_announcements_french.jpg

Célébration de la Journée mondiale du sida

Célébration de la Journée mondiale du sida

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Le 1er décembre, à l’occasion de la Journée mondiale du sida, le SEFPO se recueille avec les familles, les amis et les proches pour se souvenir de ceux et celles qui nous ont quitté à cause du VIH/sida.

En leur mémoire, nous soutenons la Fondation Stephen Lewis qui procure des ressources aux organisations de base qui luttent pour inverser le cours de l’épidémie du VIH/sida, en Afrique en particulier. Cela est conforme au thème de la Journée mondiale du sida 2019 : « Les communautés font la différence ».

La Fondation Stephen Lewis a appuyé plus de 325 organisations dans les 15 pays africains les plus durement touchés par la pandémie, soit plus de 1 700 initiatives. Le SEFPO apporte une aide financière et manifeste sa solidarité afin d’enrayer cette pandémie.

Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, nous rappelle que « nous ne devons jamais relâcher notre vigilance pour combattre l’épidémie du VIH/sida. »

Si des traitements sont disponibles en occident, la situation est plus sombre dans le reste du monde. Un récent rapport publié par le Fonds Vivez et laissez vivre du SEFPO révèle l'impact de la maladie sur les divers groupes visés par l'équité. Les Autochtones et les femmes racialisées continuent de figurer parmi les personnes qui sont les plus touchées par la maladie et l'absence de traitement adéquat.

« Chaque vie compte et peu importe les personnes qui sont les plus touchées, toutes les personnes malades devraient pouvoir recevoir le traitement », a déclaré Joseanne Job, présidente du Fonds Vivez et laissez vivre du SEFPO.

L'ONUSIDA, l'agence des Nations Unies qui travaille avec le gouvernement, le secteur privé et les communautés pour combattre la maladie, veut mettre fin à la pandémie d'ici à 2030. Le SEFPO est aux côtés de l'ONUSIDA afin d’atteindre cet objectif. En attendant, nous veillerons à ce que les personnes qui sont infectées par le VIH/sida aient accès aux soins médicaux dont elles ont besoin avec la dignité qu'elles méritent.

Le premier vice-président/trésorier du SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida, a déclaré qu'il est important de faire partie non seulement de la lutte, mais également de la solution.

« Que vous ayez connu ou non une personne touchée par le VIH/sida, comme beaucoup d'entre nous au SEFPO, le 1er décembre, portez un ruban rouge », insiste Eddy Almeida.

« Et si vous le pouvez, pensez à faire un don au Fonds Vivez et laissez vivre. En faisant un don, même modeste, vous pouvez contribuer à sauver la vie d’une personne. »