Skip to content
news_announcements_french.jpg

Les travailleurs des services à l'enfance comptent!

Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, a publié la déclaration suivante aujourd’hui à l’occasion de la Journée de reconnaissance des éducatrices et des éducateurs de la petite enfance.

Nous sommes en 2016. Ainsi, pourquoi nous faut-il encore prôner la qualité de services de garde universels?

Nous fêtons aujourd’hui la Journée de reconnaissance des éducatrices et des éducateurs de la petite enfance de la Coalition ontarienne pour l'amélioration des services de garde d'enfants. C’est une journée dans le cadre de laquelle nous voulons reconnaître la précieuse contribution des travailleurs des services à l’enfance. En ce 26 octobre, le SEFPO tient à rendre hommage à tous ses membres qui prennent soin de nos enfants ou qui participent à la formation des éducatrices et éducateurs de la petite enfance de demain.

Les premières années de la vie d’un enfant sont remplies d’émerveillement et les enfants ont le droit d’apprendre et de croître dans un milieu propice à leur épanouissement et à leur croissance. Les bienfaits à long terme de services de garde et d’éducation de la petite enfance de qualité sont documentés en abondance. Les investissements du gouvernement en matière de garde d'enfants ne coûtent rien, au contraire, ils permettent d’économiser de l'argent.

Ainsi, on pourrait penser que les services de garde d’enfants et d’éducation de la petite enfance seraient un poste fixe dans chaque budget provincial et fédéral, à l’instar des hôpitaux et des écoles publiques. Mais ce n’est pas le cas.

Les gouvernements continuent de sous-évaluer les soins donnés aux enfants et l’éducation de la petite enfance. Les travailleurs des services à l'enfance continuent de se battre pour gagner un salaire suffisant pour vivre.

Cette lutte pour obtenir l’équité salariale dans cette profession dominée par les femmes est ardue. Mais le SEFPO s’engage résolument à la remporter.

La récente annonce du financement par la province de 100 000 nouvelles places en garderie au cours des cinq prochaines années pour les enfants âgés de 0 à 4 ans est un pas dans la bonne direction. Toutefois, on ne parle pas ici de services de garde universels et accessibles. Malgré tout, si réalisée, cette augmentation doublera le nombre actuel de places pour les 0 à 4 ans; pourtant, seuls 40 pour cent des enfants en bénéficieront. Et c’est sans compter la question d’accessibilité.

En 2016, les familles attendent encore de pouvoir bénéficier de services de garde publics universels d’une main-d'œuvre qualifiée reconnue et valorisée. Ce dont nous avons besoin maintenant, c’est de leadership politique. Et c’est en continuant de travailler avec nos alliés pour pousser les gouvernements à prendre les bonnes décisions que nous l’obtiendrons.

Aujourd’hui, nous célébrons les nombreuses façons extraordinaires dont les travailleurs des services à l'enfance et les éducatrices et éducateurs de la petite enfance façonnent le présent de nos enfants et l’avenir de notre société. Au nom des 130 000 membres du SEFPO, je tiens à remercier tous ces travailleurs et toutes ces travailleuses.

Appréciez votre journée!

Solidairement,

Warren (Smokey) Thomas
Président, Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario